Le pantographe de M. Leuenberger touche-t-il encore la caténaire?

Lorsque M. Blocher sévissait au conseil fédéral, M. Leuenberger, en place depuis 13 ans, justifiait sa présence au gouvernement pour faire contrepoids au tribun zurichois, qui lorgnait sur le département des transports. Où il n’aurait pas manqué de faire beaucoup de dégâts. En témoigne sa dernière prise de position en faveur d’une privatisation de CFF Cargo.
M. Blocher évincé, plus rien ne retient M. Leuenberger au Conseil fédéral. Il est en passe de se transformer en boulet pour son parti, défait aux dernières élections fédérales (faut-il rappeler que les sections cantonales du PS les plus proches de ses idées centristes sont celles qui ont subi les défaites les plus lourdes?). Sa gestion pour le moins approximative de la crise de CFF Cargo ne parle pas en sa faveur. On pouvait certes lui pardonner une position minoritaire au sein d’un collège de droite et lui concéder «qu’au moins, il tenait bon» face aux pressions des partis bourgeois (et encore).
Mais aujourd’hui dans la Sonntagszeitung, M. Leuenberger a dépassé les bornes en proposant rien de moins que l’entrée en bourse et la privatisation partielle des CFF. Une des revendications du «livre blanc» qu’une poignée de néolibéraux avait publié l’année de son élection au gouvernement. Non seulement il ne tient plus bon, mais il prend ouvertement le parti des fossoyeurs du service public, de la ruine des chemins de fer, et du bradage, au profit d’investisseurs privés, d’infrastructures patiemment bâties avec de l’argent public. Rarement un ministre socialiste n’aura fait pareillement allégeance au néolibéralisme. Rarement un ministre n’aura fait autant de tort à son parti et aux personnes qu’il défend.
Le plus navrant dans toute cette affaire, c’est que M. Leuenberger n’en tirera aucun bénéfice. S’il s’accroche et persiste dans son projet idiot, son propre parti lancera le référendum. Et le gagnera.

Soutien socialiste au libre choix de l’école?

Quelle ne fut pas ma stupeur à la lecture du «matin dimanche» d’aujourd’hui: Chantal Galladé, conseillère nationale socialiste zurichoise, soutien le libre choix de l’école. Position (ultra)libérale s’il en est. Jusqu’ici, on trouvait des partisans de la libéralisation de l’éducation dans tous les partis (verts compris), sauf au PS. Les libéraux auraient-ils rompu la digue? Mais il faut se garder des conclusions hâtives, car:
• Cette prise de position de Mme Galladé n’est pas partagée par l’immense majorité des membres et élus socialistes. Par exemple, les élus socialistes vaudois ont récemment fait bloc contre une motion déposée par le parti libéral.
• Cette prise de position n’est pas socialiste. Plutôt que de prendre de pareilles positions, mme Galladé ferait mieux de réfléchir à adhérer à un autre parti.

Mme Galladé justifie sa position libérale par «pragmatisme». Elle prétend que l’école à deux vitesses serait déjà une réalité et qu’introduire le libre choix de l’école renforcerait l’égalité des chances. Ce raisonnement est à l’envers du bon sens. En effet, il n’y a pas d’école à deux vitesse; Juste des écoles privées, en général de moins bonne qualité que l’école publique, qui font des bénéfices parce que quelques parents, souvent par snobisme ou élitisme, sont d’accord de payer des écolages importants.
Il est totalement erroné de prétendre que le libre choix de l’école favorise l’égalité des chances, car il a exactement l’effet inverse.

Cette prise de position inconsidérée démontre que les socialistes zurichois n’ont décidément rien compris: Après s’être positionnés plus au centre qu’à gauche, ils ont subit coup sur coup deux retentissantes défaites électorales (aux élections cantonales, puis fédérales). S’ils persistent sur cette voie libérale, nul doute qu’ils en subiront d’autres.

Le débat était ce soir au menu de forum sur RSR la première.

Congrès du PSV à Rougemont

Le parti socialiste vaudois, réuni hier en congrès à Rougemont, a renouvelé ses instances dirigeantes pour les deux prochaines années. Alors que, dans la plupart des autres partis, la direction s’arrange pour que le nombre de candidat-e-s colle parfaitement au nombre de postes à repourvoir (quitte à créer de nouveaux postes s’il y a trop de candidats et qu’il ne faut fâcher personne), le PSV peut s’enorgueillir d’avoir à procéder à une élection pour la plupart de ses mandats. Chez les socialistes, le démocratie interne fonctionne.

Le congrès à élu une équipe de choc à la présidence: la présidente Cesla Amarelle (Yverdon, Dr en droit, avocate, députée) et les deux vice-présidents Olivier Barraud (Renens, secrétaire syndical SEV et ancien employé CFF, chef de groupe au conseil communal) et Jean-Michel Favez (Gland, enseignant, député et ancien chef de groupe au grand conseil) ont en commun la ténacité, la pugnacité et une grande maîtrise de leurs dossiers. Le congrès a en outre élu les 15 membres du comité directeur, dont votre serviteur.

Libéralisation de la poste: Pas de trêve pour les ultralibéraux.

Les récents déboires de la libéralisation du marché postal en Europe devraient inciter à la prudence. En Suède, seuls les gros clients ont vu leurs tarifs baisser, alors que les petits clients (particuliers et PME) ont subi des hausses tarifaires. Et, en Allemagne, la sous-enchère salariale massive que créent les concurrents de la Deutsche Post a forcé le gouvernement à instaurer un salaire minimum de branche en quatrième vitesse, salaire qui reste cependant nettement inférieur à celui des employés du service public. Dans notre pays, les derniers votes populaires contre la libéralisation du marché de l’électricité, contre la privatisation de services publics cantonaux et communaux, ainsi que la très courte défaite de l’initiative syndicale «service postal pour tous» auraient dû suffire à démontrer que la population ne se laisse pas berner et ne croit pas un seul instant que libéralisation rime avec amélioration des prestations. Une étude mandatée par le DETEC parue peu de temps avant Noël confirme que la libéralisation totale du marché postal mettrait en danger le service universel, entraînerait la fermeture de bureaux de poste et une dégradation des conditions de travail et de salaire pour les postiers-ères.

Continuer la lecture

Le 9 novembre 1932: plus jamais ça!

 siteoff0-b03b3.gif

Il y a aujourd’hui 75 ans, l’armée tirait sur une manifestation ouvrière antifasciste, tuant 13 personnes et en blaissant des dizaines d’autres. Cette manifestation était oragnisée par les syndicats et les socialistes pour protester contre la montée des mouvements fascistes, très présents à Genève sous la houlette de Georges Oltramare. La troupe, une compagnie composée de jeunes recrues inexpérimentées, était commandée par le vaudois Raymond Burnat, qui fondateur des groupements patronaux.

Les syndicats et les partis de gauche genevois organisent comme chaque année une manifestation (vers la pierre commémorative sur la plaine de Plainpalais) en hommage aux victimes et pour rappeler que le danger fasciste reste d’actualité. Manifestation à laquelle je ne peux malheureusement pas me rendre, pour cause de campagne électorale pour le 2ème tour de l’élection au conseil des Etats.

Vers une reconquête socialiste

Le parti socialiste suisse a quatre ans pour regagner l’électorat et les sièges perdus le 21 octobre dernier. Suite à ma réaction à chaud, voici quelques pistes que je tire des réflexions et discussions de ces derniers jours, notamment des commentaires postés sur mon blog.
La reconquête doit être l’œuvre des socialistes eux-même. Car ce n’est pas seulement le budget de campagne de l’UDC ou l’aide indirecte d’Al Gore et de Nicolas Hulot aux verts qui ont coulé le PSS. Mon parti doit sa défaite avant tout à lui même. Et retrouver un profil clair et facile à comprendre. Hans-Jürg Fehr l’a d’ailleurs bien dit dans la Wochenzeitung de la semaine passée: «L’électeur sait tout de suite que UDC = contre les étrangers et verts = pour le climat. Mais PS= ?, il n’en sait rien…».
La reconquête doit à mon avis s’articuler sur trois axes: présence gouvernement, défensive et offensive.
Continuer la lecture

Débâcle du PSS: Réaction à chaud

Le PSS vient de subir une débâcle. C’est la première fois que le PSS perd des plumes (9 sièges, c’est même plus que des plumes!) parce que l’UDC gagne.
Quelques constations à chaud:
• L’UDC gagne grâce à l’argent. Le parti de M. Blocher a investi plus de 10, si ce n’est 15 millions pour sa campagne. La preuve que les millionnaires sont de son côté. L’UDC le leur rend bien, d’ailleurs, elle qui revendique de nouveau cadeaux fiscaux en faveur des gros actionnaires et des gens fortunés. En outre, elle refuse toute transparence au sujet de ces montants et de ses donateurs, et la majorité bourgeoise a refusé une proposition socialiste souhaitant instaurer une certaine transparence.
• Le PS n’a pas su vendre ses succès. Or, il y en a eu quelques-uns: l’assurance maternité, l’harmonisation des allocations familiales, la taxe sur le C02, le soutien aux énergies renouvelables le renforcement des mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes et de la lutte contre la sous-enchère salariale.
• Le PS n’a pas réussi se profiler comme un parti d’opposition et à capitaliser ses succès en tant qu’opposition: Nous avons largement gagné sur les votations-phares de la législature (11ème révision de l’AVS, paquet fiscal) et fait obstacle au programme néo-libéral de la majorité UDC-PRD du conseil fédéral, mais ne sommes pas parvenu à transformer ces succès majeurs en suffrages.

• Le PS n’avait pas de stratégie clair au sujet de l’élection au conseil fédéral. D’abord contre M. Blocher, puis pour le PDC, puis contre M. Merz. Bref, quand le discours n’est pas clair, l’électeur y perd son latin. Et ne vote pas.
• Le PS ne perd pas lorsqu’il est profité à gauche et proche des syndicats (VD, JU, FR), mais prend une claque là où il tente de se profiler au centre et de donner l’avantage aux pseudo «modernistes» (BE, ZH).
• Forte de sa victoire l’UDC, va dicter le ton. Elle va mettre son programme en application:
o Coupes dans les rentes AVS, hausse de l’âge de la retraite (des femmes, puis de tout le monde), coupes dans les prestations de l’assurance-maladie de base…
o Baisses des salaires, pas de lutte contre la sous-enchère salariale
o Cadeaux fiscaux à gogo, pour les gros actionnaires, les grosses fortunes, les managers et les hauts revenus en général. Et bien sûr, programmes d’économies dans les finances publiques à ne plus savoir qu’en faire…
o Frein aux (pourtant modestes) réformes écologiques en cours, construction de centrales nucléaires.
o    Des attaques contre le service public: privatisation de swisscom, puis de la SUVA, de la poste.
o    Recul de l’égalité de chances, entre les femmes et les hommes, entre les milieux modestes et aisés…

Le PS aura malheureusement moins de député-e-s au conseil national pour s’y opposer.
• Là où les radicaux et les libéraux s’allient avec l’UDC, cette alliance ne profite qu’aux blochériens. Ainsi, l’UDC obtient un siège par surprise au JU suite à une alliance avec le PRD, radicaux et libéraux vaudois se cassent la figure et l’UDC vaudoise, qui n’a plus rien d’agrarienne, en tire tous les bénéfices.

Premier mai!

manchetteLQJ020507.jpg

Mon programme de premier mai était chargé. Manif à Berne le matin, puis repas et discours à Moutier (encore un immense merci pour le très chaleureux accueil) et encore un discours à La Chaux-de-fonds (là aussi, l’accueil était très sympa). Une journée très réussie: Toutes les fêtes étaient sympathiques et familiales. Un petit accroc à signaler quand même: le passage à niveau des Reussilles étant en travaux (fallait le faire, un 1er mai!) et la route barrée, il a fallu couper à travers champ pour rejoindre la route de La Tchaux et ne pas y arriver en retard…

Le Quotidien Jurassien a traité en long et en large de la fête interjurassienne de Moutier. Télécharger l’article (pdf)

L’impartial a quant à lui raconté la fête de La Chaux-de-fonds. Télécharger l’article (pdf)

Micheline aurait mieux fait de se taire…

…ou de faire part de ses critiques à l’interne!

Disons-le tout net, j’aime beaucoup les positions, les actions et le style de Micheline Calmy-Rey. Notamment les rencontres avec la population qu’elle organise en tant que présidente de la Confédération. Mais je ne peux en aucun cas approuver les critiques qu’elle fait au PSS (voir le résumé sur le site de la radio romande).
Continuer la lecture