Débâcle du PSS: Réaction à chaud

Le PSS vient de subir une débâcle. C’est la première fois que le PSS perd des plumes (9 sièges, c’est même plus que des plumes!) parce que l’UDC gagne.
Quelques constations à chaud:
• L’UDC gagne grâce à l’argent. Le parti de M. Blocher a investi plus de 10, si ce n’est 15 millions pour sa campagne. La preuve que les millionnaires sont de son côté. L’UDC le leur rend bien, d’ailleurs, elle qui revendique de nouveau cadeaux fiscaux en faveur des gros actionnaires et des gens fortunés. En outre, elle refuse toute transparence au sujet de ces montants et de ses donateurs, et la majorité bourgeoise a refusé une proposition socialiste souhaitant instaurer une certaine transparence.
• Le PS n’a pas su vendre ses succès. Or, il y en a eu quelques-uns: l’assurance maternité, l’harmonisation des allocations familiales, la taxe sur le C02, le soutien aux énergies renouvelables le renforcement des mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes et de la lutte contre la sous-enchère salariale.
• Le PS n’a pas réussi se profiler comme un parti d’opposition et à capitaliser ses succès en tant qu’opposition: Nous avons largement gagné sur les votations-phares de la législature (11ème révision de l’AVS, paquet fiscal) et fait obstacle au programme néo-libéral de la majorité UDC-PRD du conseil fédéral, mais ne sommes pas parvenu à transformer ces succès majeurs en suffrages.

• Le PS n’avait pas de stratégie clair au sujet de l’élection au conseil fédéral. D’abord contre M. Blocher, puis pour le PDC, puis contre M. Merz. Bref, quand le discours n’est pas clair, l’électeur y perd son latin. Et ne vote pas.
• Le PS ne perd pas lorsqu’il est profité à gauche et proche des syndicats (VD, JU, FR), mais prend une claque là où il tente de se profiler au centre et de donner l’avantage aux pseudo «modernistes» (BE, ZH).
• Forte de sa victoire l’UDC, va dicter le ton. Elle va mettre son programme en application:
o Coupes dans les rentes AVS, hausse de l’âge de la retraite (des femmes, puis de tout le monde), coupes dans les prestations de l’assurance-maladie de base…
o Baisses des salaires, pas de lutte contre la sous-enchère salariale
o Cadeaux fiscaux à gogo, pour les gros actionnaires, les grosses fortunes, les managers et les hauts revenus en général. Et bien sûr, programmes d’économies dans les finances publiques à ne plus savoir qu’en faire…
o Frein aux (pourtant modestes) réformes écologiques en cours, construction de centrales nucléaires.
o    Des attaques contre le service public: privatisation de swisscom, puis de la SUVA, de la poste.
o    Recul de l’égalité de chances, entre les femmes et les hommes, entre les milieux modestes et aisés…

Le PS aura malheureusement moins de député-e-s au conseil national pour s’y opposer.
• Là où les radicaux et les libéraux s’allient avec l’UDC, cette alliance ne profite qu’aux blochériens. Ainsi, l’UDC obtient un siège par surprise au JU suite à une alliance avec le PRD, radicaux et libéraux vaudois se cassent la figure et l’UDC vaudoise, qui n’a plus rien d’agrarienne, en tire tous les bénéfices.

31 réflexions au sujet de « Débâcle du PSS: Réaction à chaud »

  1. Triste Suisse que celle qui offre une telle marge de manoeuvre à un parti aussi fermé et conservateur… La « droite décomplexée » (belle formule pour signifier que l’on peut remettre au goût du jour des positions condamnées par le fil de l’Histoire), la « droite décomplexée » donc, ne va pas se priver de cette carte blanche offerte par le peuple, le Peuple devrait-on dire, cette suprême instance qui ne se trompe jamais, qui a toujours raison (mais jusqu’où peut-on pousser cet argument…?!) a en tout cas une sacrée responsabilité devant elle à présent, celle de ne pas rester dans son fauteuil (50% d’abstention!) lorsqu’il s’agira de s’opposer aux enchères de projets sécuritaires qui ne résolvent RIEN et autres réjouissances d' »altruisme social » (baisses fiscales contre démantèlement de l’Etat social par exemple)!

  2. Hallo JC

    Trauriger Sonntag – wahrlich für die GenossInnen. Und für die Linken im Allgemeinen – fast alle neuen grünen Mandate gingen an Grün-Liberale.

    Nun ja – Wenn die SP in der Deutschschweiz als Reaktion weiter in die Mitte rückt, wird das in Zukunft schwierig werden. Ich hoffe, dass die SPitze vom Erfolg der Romands lernen kann…

    Viel Glück JC für die nächste Runde!

    Rahel

  3. Cher JC,

    A propos de l’électeur « qui y perd son latin » deux commentaires:

    – la plupart des électeurs n’ont jamais fait de latin: il y a un nombre important de « petites gens » qui votent UDC, convaincu que M. Mörgeli sauvra leur retraite, menaçée, paraît-il, par les moutons noirs…

    – Comme disait l’autre: ut plerumque fit, major pars meliorem vicit. Les bonnes idées, la vérité, la raison etc ne sont pas inscrites sur les listes électorales, mais des gens, avec leurs phobies et utopies. L’UDC est malheureusement le seul parti en Suisse à l’avoir compris et exploite cela à fond.

    Cela dit, je sais pas quoi voter au second tour à ZH: entre Chantal, Verena et Ueli, le choix est loin d’être top….

  4. Merci Jean Christophe pour ton commentaire .
    Au vu des prévisions des plus pessimistes le salut ne serait-il pas d’être méga-actifs dans l’opposition??

    Après tout l’UDC ne s’en est pas privée avant l’élection (plus que discutable) de C. Blocher au conseil fédéral.

    Je pense qu’il ne faut avoir aucun état d’âme de « bloquer la machine ».

    Après tout merde : 71% des électeurs n’ont pas voté pour l’UDC…!!
    Des alliances ne sont-elles pas possibles pour neutraliser ces nuisibles…???

    Dans tous les cas ne perdez pas courage…

    Christian Ramel

  5. Je continue sur ma lancée, cela m’amuse, quelques questions:

    1) Donc deux fois « non » dans les votations phares, c’est le slogan du pratis progressiste du pays? 😉

    2) Tu dis:
    « Le PS ne perd pas lorsqu’il est profité à gauche et proche des syndicats (VD, JU, FR), mais prend une claque là où il tente de se profiler au centre et de donner l’avantage aux pseudo «modernistes» (BE, ZH) »
    Mais tu n’enviseages pas j’imagine de comprendre cela autrement: Cantons, qui…
    … subissent massivement une influence médiatique française
    … sont massivement subventionnés (au niveau canton et au niveau individuel en pourcentage)
    … en résumé sont des terrains dans lesquels il fait bon être communiste…

    3) J’ai voté vert-libéral et j’aimerais juste savoir comment étaient positionné les jeunes socialistes au sujet de la taxation sur les sacs poubelles (selon moi la meilleure taxe incitative jamais créée! Mais bon qui malheureusement demande un peu d’effort de la part de chacun, donc impassable dans un canton aussi « attaché à la liberté des peuples » ou whatever que le canton de Vaud?…)

    4) Tu dis:
    « o Baisses des salaires, pas de lutte contre la sous-enchère salariale »

    Mais réalises-tu que le seul moyen d’être productif, et donc de valoir ces hauts salaires auxquels vous avez la prétention, est d’avoir des investissements supérieurs? Et que le parti dont tu te réclames lutte systématique contre l’investissement?

    5) Je dois malheureusement terminer sur ce cinquième point, tu dis:
    « o Frein aux (pourtant modestes) réformes écologiques en cours, construction de centrales nucléaires. »
    Au sujet des centrales nucléaires: C’est quoi l’alternative? Se plaindre du prix de l’électricité française (et atomique par la même occasion?)

    Pour mémoire: Le nucléaire est l’énergie la plus propre que l’homme ait jamais conçu… Et qu’il n’existe à l’heure actuelle pas d’alternative (les allemends construisent des centrales à charbon (sous pression du lobby houiller), mais je ne te fais pas l’affront de croire que tu considères que c’est une solution…)

    Je me positionne aussi fortement pro-renouvelable, mais la survie énergétique sur le renouvelable est encore de la musique d’avenir à l’instant présent… Par contre, l’usage de vieilles centrales nucléaires est dangereux et irresponsable!

    Du coup, une invitation de ma part: Plonge toi un peu dans les chiffres de l’électricité Suisse et des pays avoisinants…

    Bonne journée,

    Un de tes fidèles lecteurs, même si un peu sporadique…

    Patrice

    PS:
    http://p-manzh.blogspot.com/2007/10/reflexion-on-socialism.html#links

  6. @Feanor: Je partage tout à fait ton avis. Triste Suisse!

    @Reto: En effet, l’UDC a été la meilleure pour vendre en multipack les points de son programme dont elle savait qu’ils colleraient aux émotions du moment. Quand je disais que l’électeur y perd son latin, je ne voulais pas dire que tout le monde est latiniste, mais que le discours socialiste n’était pas assez clair pour que l’on s’y retrouve.

    @Christian Ramel: Eh oui, 71% des gens n’ont pas voté UDC. Il est temps que les partis bourgeois modérés s’en rendent compte et fassent comme en France: pas d’alliance avec l’extrême-droite! Ce n’est plus une question de gauche ou de droite, mais de défense de nos valeurs. malgré sa victoire, il faut tout de même bouter Blocher hors du gouvernement!

    @P. Ravis de te relire. En général, tes commentaires arrivent en rafale… Et c’est toujours un débat engagé et vif, comme je les aime! Je vais essayer de répondre point par point:
    1. Ben oui, des fois, il faut savoir dire non. Et lors de cette votation, nous avons nettement mis en échec LE programme de la majorité UDC-PRD: moins d’impôt pour les riches, moins de prestations sociales… C’est vrai qu’une victoire par un oui eût été encore mieux, mais quand il faut dire non, y’a pas de quoi se gêner.
    2. L’influence médiatique française, bof. Vu la gabegie du PS chez nos voisins, pas de quoi s’en inspirer… Et il ne faut pas oublier que leur égérie Ségolène Royal a un profil plutôt centriste et pas très syndical. Quant aux subventionnement, VD touche certes beaucoup pour son Uni (comme tous les cantons universitaires), mais est devenu contributeur de la RPT. FR a assaini ses finances, a aussi une uni et n’est pas à ma connaissance un gros consommateur de subventions. Le JU, je n’en sais rien , pour être honnête. Et, pour prendre l’exemple des subventions, chez les champions suisses en la matière (le Valais), le PS s’est planté aussi. Ton équation Subvention = PS ne tient donc pas la route!
    3. A mon avis, la taxe poubelle est anti-sociale et anti-famille. En outre, on s’en sert souvent pour remplacer l’imposition directe pas une nouvelle taxe. C’est pourquoi je m’y oppose. Mais c’est vrai que c’est un projet cohérent avec la vision des verts-libéraux.
    4. Donnes-moi des exemples d’un blocage d’investissement par les socialistes? Moi je n’en connais pas. Au contraire, lorsqu’il s’agit d’investir pour créer du savoir et donc générer d’autres investissements en investissant dans la formation et la recherche, le PS est toujours au rendez-vous: http://www.schwaab.ch/archives/2007/09/20/6-cest-mesquin/
    5. Le nucléaire, c’est dangereux et ce n’est pas une énergie renouvelable. Le problème des déchets est en outre loin d’être résolu. Construire des centrales nucléaires, c’est aussi un oreiller de paresse qui empêche de développer les énergies du futur. Mais bon, c’est vrai que les pro-nucléaires se frottent les mains suites aux élections de dimanche…

    Bonne journée à toi aussi

  7. « Après tout merde : 71% des électeurs n’ont pas voté pour l’UDC…!!
    Des alliances ne sont-elles pas possibles pour neutraliser ces nuisibles…??? »

    Il y a combien de personne qui n’ont pas voté PS? Ou pas voté à gauche tout court?

    P

    PS: JCS, je prend tes écrits avec moi à Milan et te fais une réponse dans pas trop longtemps…

  8. Salut P! Eh oui, il faut des alliances pour contrer ces nuisibles. Et la balle est dans le camp des autres partis bourgeois, notamment du PRD, qui persiste à faire alliance avec l’UDC, ce dont profite exclusivement l’UDC (VD, JU, ZH)…

    Bon séjour à Milan!

  9. Pour répondre à P. concernant:“Après tout merde : 71% des électeurs n’ont pas voté pour l’UDC…!!
    Des alliances ne sont-elles pas possibles pour neutraliser ces nuisibles…???”

    pour moi l’urgence est de barrer la route à l’UDC. pour le clivage gauche-droite on verra plus tard….

  10. Bonjour,

    Le triomphe de l’UDC blochérienne y compris en Suisse romande, d’ordinaire plutôt réfractaire aux slogans de l’UDC zurichoise, doit interpeller urgemment les partis de gauche et exige une remise en question des méthodes de communication de la gauche et du PS en particulier.

    L’analyse des résultats démontre clairement que les couches populaires et la classe moyenne inférieure, la plus exposée à la mondialisation et la plus précarisée, se laisse de plus en plus séduire (et abuser surtout) par le discours simpliste archi-connu mais terriblement efficace de l’UDC, amplifié par la caisse de résonance médiatique qui en rajoute à l’envi, audimat oblige…

    L’UDC est devenue une puissante machine de propagande idéologique, alimentée à coups de millions par de « généreux » donateurs milliardaires, conduite par des professionnels du marketing politique sans scrupule qui préparent méthodiquement le terrain en vue de la conquête du pouvoir de leur « Duce » ou messie Christoph Blocher, l’homme qui admire Margaret Thatcher et ses réussites néolibérales…

    Il n’est plus temps de tergiverser ni de faire la politique de l’autruche pour le PSS : les résultats du 21 octobre démontrent que les progrès les plus spectaculaires enregistrés par l’UDC en Suisse romande l’ont été dans les communes et les régions frontalières (GE, JU, NE, VD) où la concurrence des frontaliers est amèrement ressentie par les travailleurs salariés, précarisés, voire au chômage, et dans les agglomérations urbaines où l’insécurité et la petite criminalité ont explosé depuis quelques années.

    Mais il fallait dire aux électeurs dans les médias que l’UDC qui veut toujours moins d’Etat et réduire les budgets dans les cantons empêche ainsi les cantons d’engager les forces de police nécessaires au maintien de la sécurité et la lutte contre la criminalité par manque de moyens financiers ! Il fallait aussi dire comme le fait aujourd’hui le Conseiller d’Etat VD Pierre-Yves Maillard en charge du secteur social que les élus de gauche responsables sanctionnent et traquent les abus dans l’aide sociale contrairement aux affirmations de l’UDC.

    En outre, l’UDC a toujours refusé les mesures légales pour combattre le travail au noir des étrangers clandestins au Parlement, mais il fallait que PS en informe les électeurs dans les médias avec des annonces payantes, car c’est payant électoralement !

    Oui comme l’a reconnu le maire socialiste de Delémont ce soir à l’émission Forum de la RSR le nombre sans cesse croissant de frontaliers dans nos régions inquiète les salariés pour leurs emplois et crée un risque de dumping social et salarial, mais alors pourquoi le reconnaître seulement APRES LES ELECTIONS !

    Oui, comme l’a répété hier soir lors de l’émission Infrarouge à la TSR Pierre-Yves Maillard, les criminels, les violeurs et les dealers étrangers requérants d’asile doivent être expulsés surtout s’ils sont récidivistes, la tolérance zéro doit être appliquée, il n’y a pas que l’UDC pour le dire haut et fort et faire signer une initiative populaire en ce sens pour alimenter leur fond de commerce électoral, SIMPLEMENT LES POLITICIENS DE GAUCHE DOIVENT LE DIRE CLAIREMENT DANS LES MEDIAS avant les élections si possible !!!

    On fera baisser le vote UDC dans la population lorsque la gauche aura ENFIN compris qu’il faut prendre en compte sans les éluder ou les minimiser les vrais problèmes sociaux et sociétaux vécus au quotidien par les gens souvent modestes de ce pays.

    Reconnaissez que la promotion acharnée par la gauche de la légalisation du cannabis ou du mariage homosexuel ne constituent pas la préoccupation première des ouvriers ou des familles avec enfants qui luttent pour boucler leur fin de mois !

    Car en réalité, les semeurs de peur et de haine des stratèges de l’UDC ne sont que des opportunistes et des diviseurs habiles du monde du travail pour affaiblir la gauche et mener une politique encore plus ultralibérale à leur guise au profit des plus riches et des actionnaires de ce pays.

    Il est urgent que le PS surtout en Suisse alémanique fasse son autocritique avec beaucoup de lucidité et d’humilité, en concertation avec les syndicats, et qu’il devienne rapidement le moteur de la résistance citoyenne contre la blochérisation du pays : démasquons avec force les contradictions des imposteurs de l’UDC, mais ne méprisons pas l’électorat populaire de l’UDC, certes abusé par la démagogie de l’UDC, mais qui crie son exaspération en votant UDC !

    Bien cordialement

  11. Intéressant comme déabt mais il me paraît important de corriger certaines erreurs.

    Tout d’abord j’ai pu lire dans vos différents commentaires que l’UDC avait fait un bon spectaculaire dans le Jura. C’est faux. Je m’explique : En 2003, l’UDC-Jura avait réalisé le score de 8.3%. En 2007 elle fait 10,8%. Je ne trouve pas ce résulat spécialement spectaculaire. A titre de comparaison, l’alliance PS-JSPJ se trouvait à 35% en 2003 et cette fois à 36.9%.

    L’élection d’un candidat UDC est surtout le fait que le Parti libéral-radical (PLRJ) s’est apparenté avec l’UDC. Et comme l’a dit Jean-Christophe, sans le PLRJ, Dominique Baettig (UDC) n’aurait jamais pu être élu.

    Pour vous donner une idée encore plus précise du résulat de ces élections, il faut savoir que Dominique Baettig termine 8ème sur 16 en terme de suffrage et est pourtant élu. Si un peu comme si la Jeunesse socialiste et progressiste (JSPJ) avait une élue puisque notre première candidate termine 10ème…

    Concernant le rôle du PS à l’avenir, il faut réellement mener une politique d’opposition. A titre personnel, j’estime que le PS ne doit pas continuer à siéger au CF car il s’agit là d’une certaine forme de cautionnement de la politique mener par la majorité bourgeoise. De plus, avec une sortie du CF, peut-être qu’après quelques années, la population réalisera ce que signifie un CF dont la composition est uniquement bourgeoise…

    Maintenant concernant le PS Suisse, je dois avouer que beaucoup de sections alémaniques ne mènent pas une politique de gauche et cela doit changer… rapidement ! A moment donner il ne faudra plus hésiter à faire le ménage dans nos rangs. Le PS est à gauche et il doit rester à gauche. Le PS est proche des syndicats et il doit le rester.

    Voilà bonne journée à tous.

    Loïc

  12. Je ne reviendrai pas sur ce dimanche noir, je n’ai quasiment pas eu le courage de lire le journal de toute la semaine…
    J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir, soit aller voter pour des gens bien (j’ai beaucoup aimé ce dessin de Chappatte, à ce propos).
    Et maintenant j’espère que les non-UDC élus au parlement vont laisser leurs bisbilles de côté et faire tout leur possible pour éviter que l’UDC ne s’empare du CF…

    Non, je voudrais juste mentionner cette histoire qui s’est passée en Allemagne ces derniers jours. Un hôtel a refusé de loger deux membres du NPD (parti d’extrême-droite allemand), en envoyant une copie de leur lettre aux médias. Ce « Zivilcourage » fait chaud au coeur et c’est ce que je nous souhaite dans les années à venir, pour que nous n’ayions pas trop à rougir de notre pays et des gens qui sont sensés en représenter la population…

  13. Merci à tous pour ces réactions. Cela montre que le débat nécessaire a lieu! Je vais prendre le temps de répondre en détails et de lancer de nouvelles pistes (mais chaque chose en son temps… 😉 ).

    Ce petit commentaire est surtout pour répondre à Reto au sujet du second tour des Etats à ZH, maintenant que l’on connaît les candidat-e-s.
    – Ueli Maurer: certainement pas (pas besoin de développer, il me semble)
    – Verena Diener: Si M. Maurer est élu, ce sera de sa faute et de celle des verts libéraux. Elle a fait 10’000 voix de moins que Chantal Galladé. La logique et l’honnêteté politique exigent donc qu’elle se retire en sa faveur. Certes, mes camarades zurichois ne se sont peut-être pas comportés en as de la diplomatie (je n’en sais rien et n’ai que les infos de la presse écrite), mais, face à la menace du président de l’UDC, il faut serrer les rangs et faire fi des différences politiques. Quant aux chances de sa candidature, je pense qu’elles ne sont pas bonne: elle a fait son temps et moins de voix de Galladé. Ce n’est donc pas la candidate idéale pour battre l’UDC.
    -Chantal Galladé. Je n’en suis pas fan. Je n’en était déjà pas un avant ses scandaleuses déclarations au sujet de la criminalité des mineurs. Cependant, on ne peut nier que c’est une jeune femme compétente, notamment en matière de formation professionnelle. Si j’étais zurichois, je voterai Galladé, sans hésitation, mais en grinçant tout de même un peu les dents. En outre, la gauche est nettement sous-représentée aux Etats. Et Chantal Galladé est la seule candiadate que l’on puisse à peu près classer à gauche.

    Bref, le commentaire de Reto sur le choix qui est « loin d’être top » semble se vérifier…

    Et, puisqu’il n’y a pas que Zurich dans la vie, je recommande aux vaudoises et vaudois de voter la liste d’union de la gauche plurielle, emmenée par l’excellente Géraldine Savary http://www.savary2007.ch/ !

  14. Verena Diener a fait moins de voix que Galladé pour la simple raison qu’il s’agissait d’un premier tour, avec tous les partis représentés, et qu’elle représente un petit parti. Au deuxième tour, c’est fondamentalement différent: la question est celle du potentiel de reports de voix venant de l’électorat des autres partis. De ce point de vue Verena Diener semblait clairement avoir le plus de chance…

  15. Je serais d’accord avec le commentaire de Quick et Fluck si Mme Diener n’était pas une ancienne conseillère d’Etat appréciée. Quant au report de voix, il aurait joué à mon avis de toute façon. Le PDC zurichois a anonncé soutenir en priorité Mme Diener (c’est logique), mais a aussi dit qu’il aurait soutenu Galladé s’il n’y a avait eu qu’elle. Et je pense qu’une bonne partie de l’électorat radical aurait voté contre l’UDC quelle que soit la candidate. mais il est vrai qu’il ne s’agit que de conjectures…

  16. Une heure plus tard, la question Galladé ou Diener ne se pose plus, Chantal Galladé renonce: http://www.swissinfo.org/fre/suisse/agences/detail/Federales_07_ZH_Gallade_renonce_au_2e_tour_Diener_dans_la_course.html?siteSect=113&sid=8356646&cKey=1193402467000&ty=ti&positionT=1

    Désormais, j’espère que les zurichoises et zurichois voteront en masse pour Mme Diener et feront barrage à l’UDC (et accesoirement empêcher le retour au conseil national d’un des plus dangereux idéologues d’extrême-droite de l’UDC, jadis proche de Schwarzenbach, M. Schlüer)!

  17. J’allais l’écrire sur votre blog. Preuve, entre nous, que les socialistes zurichois:
    – se sont, après un baroud d’honneur, aux solides arguments arithmétiques des verts libéraux
    – sont tout de même sacrément à la ramasse. Quel aveu de faiblesse! ça fait peine à voir.

  18. Après au moins 5 minutes de réflexion, j’ai décider de m’abstenir au second tour; je n’aime pas les positions d’Ueli Maurer et Verena Dienser m’est trop suspecte.

    Si Ueli Maurer devait être élu (et c’est loin d’être sûr, car de nombreux radicaux ne l’aiment pas), ce ne sera pas la fin du monde; dans notre pays, le pouvoir des parlementaires est massivement surestimé: tant qu’il suffira de 50’000 signatures pour un referendum et de 100’000 pour une inittiative, le PS (mais aussi l’UDC) aura de beau jours devant elle.

    Je n’aime pas du tout le vert-libéraux: c’est un pur concept marketing. Les taxes poubelles, c’est bien gentil, mais un peu léger…comment les vert-libéraux financent t’ils l’AVS, AI, l’armée, les transports, etc… voilà des sujets bien plus importants et plus complexes. On ne les entend logiquement jamais sur le sujet, parce que ça mettrait en danger le concept…

    A propos, cher JC, il semblerait qu’un poste soit vacant au PS: une figure un peu plus colorée seraitsûrement souhaitable; chez les radicaux aussi d’ailleurs…

  19. Le président du Parti socialiste vient de donner sa démission, s’estimant responsable vu sa fonction de la défaite du PS aux dernières élections.
    Mais est-ce vraiment lui le resposable de cette défaite électorale ?
    Le problème du PS se situe en Suisse alémanique tout le monde le reconnaît.
    Mais alors que pense la direction du PS de l’intouchable Moritz Leuenberger, Conseiller fédéral « socialiste », totalement inexistant durant la campagne électorale, s’abritant lâchement derrière sa fonction pour justifier un silence assourdissant lors de la polémique sur les dérives haineuses des affiches de l’UDC, et qui a en plus l’indécence après les résultats du 21 octobre de déclarer aux médias que « ce n’est pas si grave, les voix perdues du PS sont allées au Verts », en résumé tout va très bien madame la marquise…
    Moritz Leuenberger est en réalité co-responsable de la déblacle du PS en Suisse alémanique : il incarne l’aide droitisante du parti, cette gauche-caviar ridicule, pseudo « moderniste » comme le dit justement Jean-Christophe Schwaab, qui a conduit beaucoup d’anciens électeurs du PS à voter pour l’UDC ou à se réfugier dans l’abstention.

    De plus et c’est plus grave, Moritz Leuenberger est directement responsable comme Ministre de tutelle, de la dégradation dramatique durant son mandat au DETEC des services publics de la Confédération : restructurations et suppressions d’emplois massives à La Poste, à Swisscom, aux CFF, dirigées selon les purs principes du libéralisme et de la rentabilité forcenée au détriment de la qualité et de la mission dévolue aux services publics.

    Oui Monsieur Leuenberger, votre bilan est affligeant et votre entêtement à garder votre poste de Conseiller fédéral est indécent et choquant : le parti a besoin d’être représenté par des hommes ou des femmes socialistes authentiques et compétents fidèles à leurs valeurs de justice sociale et au service du bien commun.

    Oui, Monsieuer Leuenberger, les socialistes de la base vous demandent de quitter le Conseil fédéral, le plus vite sera le mieux !

  20. @Reto. C’est vrai que les verts en général (qu’ils soient libéraux ou pas) ont un programme un peu trop limité. Mais je trouve dommage que tu t’abstiennes, car cela revient à favoriser la victoire du ou de la vainqueur… Mais bon, c’est vrai que le choix n’est pas folichon. Cependant, je pense que face à l’UDC l’abstention n’est jamais une bonne stratégie.

    @astérix. Je partage votre point de vue. Hans-Jürg Fehr était un bon président, même s’il manquait parfois un peu de charisme, et il est faux de mettre la défaite du PS sur le dos d’une seule personne. Surtout une défaite de cette ampleur. Face à une telle débâcle, c’est un échec collectif.
    Quant à Moritz Leuenberger, vous résumez fort bien l’avis de nombreux socialistes. Lorsqu’on l’entend, c’est parce qu’il critique le PS ou ses positions (p. ex. sur les droits des salariés lors de la grève des pilotes de crossair), ou qu’il les trahis carrément en n’empêchant pas le démantèlement des services publics, voire en le favorisant. Et, lorsqu’il obtient des succès dont pourrait profiter le parti (p. ex. la taxe sur le CO2), il est si discret que personne ne les remarque. Bref. il est grand temps qu’il quitte le conseil fédéral et soit remplacé par un socialiste plus combattif, plus visible et surtout plus en phase avec le parti.

  21. Juste un petit mot pour te dire qu’appréciant tes commentaires sur notre blog (Jeunes libéraux), je me suis décidée à visiter le tien! Intéressants les problèmes que tu soulèves! J’aime notamment beaucoup l’idée que les alliances passées par la droite avec l’UDC ne renforcent qu’elle, c’est tellement vrai… On se fait complètement écraser par ce parti-bulldozer, et on ne profite en aucun cas des rapprochements douteux effectués par la droite. J’espère que tu continueras à poster sur notre blog, parce que je suis résolument d’avis que le clivage gauche-droite n’a plus lieu d’être face à la menace que fait planer l’UDC sur notre pays. Je crois qu’on doit privilégier la synergie, le dialogue, le VRAI débat d’idées constructif, et refuser d’entrer dans la spirale de la violence, de la haine, de la terreur que contribuent à alimenter certaines campagnes désormais tristement célèbres. A bientôt!

  22. Salut Céline,
    Merci pour ton intervention! Je partage ton avis au sujet de l’UDC. Je suis un partisan convaincu du clivage gauche-drote, qui est nécessaire au débat démocratique. Mais, face à l’UDC, nous devons taire nos clivages. L’enjeu est trop important.
    Bien à toi

    JCS

  23. Wow…

    Pour ZH:
    – C’est évident que d’essayer de battre Ueli Maurer passe par Verena Diener… C’est la théorie “de base” du median voter (je vous laisse vous instruire)
    Ergo: Maurer aurait battu Galladé, mais perdra peut-être (I hope) contre Diener

    – Pour les positions sur l’UDC en tant que hors “gauche-droite” de ce type
    “Je suis un partisan convaincu du clivage gauche-drote, qui est nécessaire au débat démocratique. Mais, face à l’UDC, nous devons taire nos clivages. L’enjeu est trop important.”
    Comment expliquer alors les quelques paragraphes d »Astérix » sur la ligne socialiste au sujet de la délinquance étrangère?

    « Il fallait aussi dire comme le fait aujourd’hui le Conseiller d’Etat VD Pierre-Yves Maillard en charge du secteur social que les élus de gauche responsables sanctionnent et traquent les abus dans l’aide sociale contrairement aux affirmations de l’UDC. »

    « Oui, comme l’a répété hier soir lors de l’émission Infrarouge à la TSR Pierre-Yves Maillard, les criminels, les violeurs et les dealers étrangers requérants d’asile doivent être expulsés surtout s’ils sont récidivistes, la tolérance zéro doit être appliquée »

    En gros, l’UDC est juste un parti de droite, si ses positions desquelles on se distance si volontiers à gauche vont en fait sans dire, non?

    Sinon, l’UDC dit-il pas tout simplement: « Ce qui est illégal doit être combattu avec conséquence »

    Et d’autre part, juste une reflexion au sujet du processus démocratique: La loi votée doit-elle être appliquée? Ou doit-on simplement pouvoir la remettre en question en descendant dans la rue? Ou en conspuant les législateurs pour des raisons dont on prétend qu’elles sont mues par la démocratie?

    Que quelqu’un m’explique ces petites contradictions?

    Ou sinon, admettons simplement que le PS est suranné dans son acception actuelle. Merci MM. Strauss-Kahn, Gordon, Schroeder et autres… Qui ont réalisé qu’avant de faire des bons sentiments, il fallait commencer par ne pas être aveugle…

    P

    PS: Sur les anciens sujets: 1. Whatever… c’était une boutade 😉 2. j’y vient
    3. la taxe poubelle est une façon de mettre le levier politique sur des problèmes, ergo il y a des fois où tout le monde doit s’y mettre (et c’est précisément là que la politique devrait entrer en jeu et non uniquement pour rançonner les gens jusqu’à ce qu’ils ne partent…). Elle était pensée pour être neutre en revenus (l’argent réinvesti de façon collective) et tu le sais… A ce sujet, je suis finalement personnellement heureux, je ne devrais plus jamais m’entendre dire quoi que ce soit par un VD en ce qui concerne être écologiste…
    4. Chaque mesure proposée par le PS est un frein à l’investissement mon très cher ami (et je suis tenté de ré-itérer mon « et tu le sais ») ! L’investissement privé, that is… Celui qui est majoritaire… Celui qui paie des impôts, engage des gens et crée de la valeur… Mais il est plus difficile à créer que l’investissment public qui se décrète simplement 🙂 et ce sur le dos du contribuable (et ne me parle stp pas de postes crées dans la fonction publique, puisque par définition ceux-ci coûtent et ne rapportent pas)
    5. « c’est aussi un oreiller de paresse qui empêche de développer les énergies du futur » Cette phrase ne serait pas complètement fausse si elle n’était pas accompagnée par une totale absence de solution de transition en attendant le 100% renouvelable… Ceci dit, je suis d’accord, il faut encourager fortement les energies renouvelables! Via investissements privés, ceci dit, ci son veut un jour voir des résultats…

  24. Resalut P.

    Ouhla, les commentaires s’allongent 😉 (mais il faut dire que les billets aussi… http://www.schwaab.ch/archives/2007/11/02/vers-une-reconquete-socialiste/ )

    Bien, prenons dans l’ordre:

    ZH: Je ne suis pas sûr que tu aies raison sur le fait que Diener soit la meilleure candidate pour battre Ueli Maurer. Bien des électeurs de gauche risquent de se démobiliser (mais si c’est le cas, ils auront tort). Mais bon, maintenant qu’on connait les candidats, tous derrière celle qui battra Maurer!

    L’UDC et la sécurité: Non, l’UDC n’est pas le parti qui veut que la loi s’applique. Et même quand c’est le cas, ils veulent que la loi s’applique hors de tout principe démocratique. Prenons leur initiative pour expulser les criminels étrangers: c’est déjà possible selon la nouvelle LEtr et c’est appliqué. Ce que veut l’UDC, c’est l’application automatique d’une peine (l’expulsion), sans que le juge n’ait de pouvoir d’appréciation, ce qui est contraire à la séparation des pouvoirs. Même en présence du plus infâme des criminels, la justice à un pouvoir d’appréciation quant au choix de la peine et de son intensité…
    Mais, je maintiens, l’UDC est contre l’application de la loi: En revendiquant de couper dans le budget et en souhaitant faire des cadeaux fiscaux à gogo, elle prive l’Etat des moyens dont il a besoin pour assurer l’application des lois.
    Je partage une partie de ton commentaire sur les manif. Manifester est un droit démocratique et, comme tous les droits, il ne s’use que si on ne s’en sert pas. Mais il ne saurait justifier la moindre violence. Et le PS a toujours condamné sans la moindre ambigüité les violences suite à des manifs anti-UDC ou pro-UDC. Ces violences ont toujours un effet contraire: par exemple, dans le cas de la manif de l’UDC à Berne, elles ont détourné l’attention du fait qu’au lieu des 10’000 participants attendus, l’UDC n’en a mobilisé que la moitié, parmi lesquels de nombreux crânes rasés…

    A propos du PS: Non nous ne sommes pas surannés, conservateurs, vieillots, ou que sais-je. La justice sociale, c’est moderne. Point barre. Voir http://www.schwaab.ch/archives/2007/11/02/vers-une-reconquete-socialiste/ . Et la modernité que prônent Blair, Schröder ou Strauss-Kahn n’est qu’une modernité de façade que les journalistes considèrent comme telle, mais qui n’est que de la poudre aux yeux. Certes bien emballée, mais de la poudre aux yeux quand même. Par exemple, la SPD de Schröder a fini par perdre les élections et des centaines de milliers de membres et est en train de renégocier un virage à gauche.

    A propos de la taxe poubelle: Neutre ou pas, il n’en demeure pas moins que remplacer les impôts directs par une taxe indirecte profite aux hauts revenus. Je pense qu’il y a d’autre méthode pour protéger l’environnement et encourager les gens à trier leur déchets. Il suffit par exemple d’ouvrir des déchetteries facilement accessibles (Cully, Riex, Grandvaux, Villette et Epesses l’ont fait et c’est un succès) et ouvertes souvent. Et ça, c’est finançable par l’impôt direct.

    A propos des « freins à l’investissement ». Donne-moi des exemples de politique socialiste freinant les investissements! Moi, j’ai des contre-exemple à la pelle: sans les investissement publics dans la formation, la recherche, les infrastructures (notamment les transports), etc. les investissements privés ne seraient pas possibles. Et bien souvent, les privés n’investiraient pas, ou feraient faillite. L’exemple des chemins de fer est très parlant: les privés qui ont créés les premières lignes en Suisse ont dû être nationalisées. Et, plus récemment, la débâcle de la privatisation des chemins de fers anglais montre que cet exemple est toujours valable…
    Quant à la théorie qui veut baisser les impôts pour que les privés investissent et paient au final plus d’impôts grâce aux bénéfices engrangés, je n’y crois pas une seule seconde. Si cette méthode marchait, ça se saurait. Les déficits américains créés sous l’ère Reagan sont là pour le prouver.
    Enfin, au sujet de la fonction publique, il est vrai qu’il y des secteurs moins rentables que d’autres, mais je reste persuadé qu’un Etat qui offre de bonnes conditions de travail et de salaires soutient la consommation, donc la croissance, sans compter le bon exemple qu’il donne aux privés. Mais tout reste améliorable, l’Etat comme les privés.

    Et enfin les énergies renouvelables. Je ne suis pas sûr que la transition soit aussi mal engagé que tu le dis. Mais il est sûr que si on construit une nouvelle centrale, elle ne s’engagera jamais.

    Voilà, j’espère que j’ai répliqué à tout 😉

    Bien à toi

  25. C’est simple, quelqu’un d’intelligent comme toi comprend les tenants et les aboutissants des sujets… Tu fais donc très peu d’erreur de logique de base…

    Mais tu ramènes toujours au final tes argumentations à la « redistribution de la richesse »*:
    – les taxes ne doivent pas « offrir de cadeau aux riches »?
    – les plus démunis doivent être favorisés…
    – etc…

    Il est vrai que dans ce monde, ce but est louable… ceci dit, il bute contre deux frontières de base du réalisme:
    – « Voting by feet » (des investissements, des entreprises et des humains). Quand ces derniers décident de partir, dans cet ordre d’ailleurs, pour des raisons de conditions-cadre inacceptables pour la vie économique (chaque protection et indemmnité donnée à un travailleur (ou autre bâton dans les roues des entreprises) est un frein à l’investissement. Le savoir c’est déjà un peu prendre en compte la réalité! Je te donne volontiers aussi en plus un cours sur l’arbitrage, le risque et la rémunération du capital, mais un autre jour…
    – « Contrary incentivations » : lorsque le chômeur reste à la maison parce que de toute façon travailler ne vaut plus la peine… Lorsque certains boulot ont des gens qui font la queue, alors que d’autres manquent de bras! Alors ceux-là sont sous-payés alors que les précédents sont surpayés (exemples: les profs en France, les ingénieurs en France…)

    Oh, et sinon, lis un peu d’économie (please please please):
    – les arguments Keynesiens de base: augmenter la dépense de l’état se multiplie dans la consommation… Sont prouvables faux mathématiquement ET ont montré qu’ils étaient erronés dans la pratique… La seuls chose qu’ils ont toujours entraîné était une déflation induite par la planche à billet (sais-tu seulement de combien le FF s’est dévalué en 60 ans entre la seconde guerre mondiale et l’Euro par rapport au franc suisse?)
    – les arguements fiscalistes de base: « Quant à la théorie qui veut baisser les impôts pour que les privés investissent et paient au final plus d’impôts grâce aux bénéfices engrangés, je n’y crois pas une seule seconde. Si cette méthode marchait, ça se saurait. » Ces arguments ont fait des miracles à chaque fois que l’ont leur a donné le temps de faire leurs preuves: Irelande, Angleterre sous Thatcher, Luxembourg, place spéciale de la Suisse dans l’Europe, etc…

    Personnellement, je ne fais pas de politque… C’est trop difficile pour moi… Mais je sais en tout cas quand j’entend des choses qui me paraissent inacceptables! Et ce n’est pas le cas de tout ton blog… De loin!
    Je suis convaincu que nos petites sessions te font du bien autant qu’à moi. Surtout, parce que j’aimerais tant te voir édulcorer pour les rendre productives tes prises de positions honnêtes dans leur sentiment, mais dangereuses car irréalistes…
    Bonne journée,
    P

    * sauf dans deux cas: la privatisation des chemins de fer (je suis aussi contre, le principe banal de micro-économie du « moral hazard » explique bien le problème selon « quiconque les reprendrait connait les obligations de l’état dans ce domaine et pourrait facilement prendre l’état en otage après avoir sous-investi pour prendre les profits ») et l’UDC. Sur ce dernier point, je t’accorde raison sur les jugements et peut-être faudrait-il que l’UDC prenne le problème d’un côté « durcissement de la loi », plutôt que populisme, mais le problème c’est que pozur la passer, il leur faut créer un élan populaire… Whatever, je ne suis pas pro-UDC non-plus…

    « Mais, je maintiens, l’UDC est contre l’application de la loi: En revendiquant de couper dans le budget et en souhaitant faire des cadeaux fiscaux à gogo, elle prive l’Etat des moyens dont il a besoin pour assurer l’application des lois. »

  26. Je te suis totalement sur les incitations contraires. C’est notamment un des problèmes actuels de l’aide sociale: la disparition des aides lorsqu’on atteint un certain seuil de revenu fait que, dans certains cas, il n’est effectivement pas très rentable de travailler.
    Là où je ne te suis pas, c’est sur la protection des salariés, qui serait un frein à l’investissement: Certes, dans un marché parfait avec une loi parfaite de l’offre et de la demande, ce serait une distortion. Mais un tel marché n’existe pas, car il ne peut pas exister. Même les spécialistes des cartels le reconnaissent. En revanche, dans la partique, la protection des salariés (CCT, salaires minimaux) fait ses preuves: Les employés couverts par une CCT ont été l’an passé plus augmenté que ceux qui ne le sont pas, et, lorsque l’économie peut fixer elle-même les salaires sans la moindre contrainte, elle crée des travailleurs pauvres, et c’est l’Etat qui subventionne en leur versant de l’aide sociale.
    Et la « bâton dans les roues » des entreprises, tu avoueras que certains, notamment en matière de protection de l’environnement sont nécessaire. Parce que les entreprises ne s’en soucieraient pas sans… Non? Ou bien peut-être suis-je prisonnier du cliché du patron incapable de penser à autre chose que court terme 😉
    Quant aux théories économiques, je l’avoue, je ne suis pas économiste. Cependant, tu peux quand même reconnaître qu’aucune théorie n’a jamais été parfaitement expérimentée et que tous les modèles doivent aussi leurs succès comme leurs échecs à des circonstances extérieures (p. ex. l’intégration européenne – et les subventions qui vont avec- dans le cas de l’Irlande) ou à une spécialisation dans des activités qui devraient être illégales (p. ex. le Luxembourg et parfois même la Suisse).
    Ma critique contre les baisses d’impôt vient aussi du fait que les partisans de ces même baisses d’impôts s’opposent parallèlement aux investissement publics (formation, infrstructures) qui permettent d’attirer les entreprises. Et d’ailleurs, les récentes données de la Konjunkturforschungsstelle de l’EPFZ ont montré que les impôts ne jouent qu’un rôle mineur (5%) dans la décision d’investir ou non. La conjoncture (entre ev. 23 % et 33% selon les indicateurs) ou la pénurie de main d’oeuvre (env. 18%) jouent un rôle beaucoup plus important. Et s’il est vrai qu’un Etat isolé n’a guère d’influence sur la conjoncture, il peut influencer l’offre de formation. Mais seulement s’il on ne le prive pas de moyens…

    Enfin, mon argument sur la redistribution des richesses vient du fait que je suis socialiste et c’est pour ça que ça me tient particulièrement à coeur. That’s it. La preuve que « socialisme » signifie quelque chose, non? Et que le débat gauche-droit aussi…

    En conclusion je partage totalement ton avis sur nos discussions. Il faudra qu’on continue une fois de vive voix. Il faut que je te dise la prochaine fois que je viens à ZH. (ça m’arrive de temps en temps 😉 )

  27. @P., Reto et Quick&Flupke:
    Bon, ben ceux qui pensaient que Mme Diener était la meilleure candidate pour battre M. Maurer ont eu raison (ce qui ne veut pas dire que j’avais tort, vu l’écart entre Diener et Maurer, je suis sûr que Galladé l’aurait emporté aussi 😉 )
    Autre leçon du second tour zurichois: une fois de plus, une alliance UDC-radicaux se ramasse, parce que l’électorat radical ne veut pas voter facho. A SG aussi, le front républicain (retrait de la candiate socialiste, certes mal placée, pour barre la route à l’UDC) a bien fonctionné.

  28. Vu que j’aurais voté pour Maurer (ainsi que pratiquement tous les gens que je connais à ZH) je me permet d’en douter!

    Autre analyse de ma part: Plutôt voter Grünliberal que UDC, mais plutôt UDC que socialiste…

    Bonne journée,
    P

  29. PS: facho comme les propos de Maillard qui dit qu’il faut appliquer la loi sur les étrangers?

    Je t’incite à te poser une question: Quelle est le problème:
    Le discours de l’UDC ou son programme?

    Je suis tout à fait contre son discours mais pas vraiment contre le 95% de son programme…

    Bonne journée,
    P

  30. En tant que socialiste, je suis contre le discours et le programme. En tant que personne plutôt libérale, il est à mon avis normal que tu sois d’accord avec 95% de son programme. Les 95% ne sont pas choquant, c’est du libéralisme pur et dur, certes, mais ce n’est pas anti-démocratique, populiste, xénophobe et contraire à l’Etat de droit comme les 5% qui restent…

    Appliquer la loi sur les Etrangers? Bien sûr! Qui est démocrate accepte d’appliquer les lois, et, je dirais même plus, doit se battre pour qu’elles soient appliquées. Dans le respects des principes fondateurs de notre démocratie, bien sûr, à savoir dans le respects des droits et libertés fondamentaux et de l’Etat de droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *