Elections fédérales : l’heure du bilan 

Me voilà (enfin) réélu au Conseil national. Comme en 2011, j’ai dû attendre le résultat du second tour de l’élection au Conseil des Etats pour valider mon ticket. Géraldine Savary a fait un triomphe réjouissant, mais l’éviction de Luc Recordon laisse une grosse amertume… et surtout beaucoup d’inquiétude pour le sort de tous ceux que la gauche défend et continuera à défendre.

Les lendemains directs d’élections n’étant en général pas propice à une analyse pertinente, j’ai donc attendu un peu même si, je l’avoue, je n’ai pas encore toutes les clefs pour comprendre tout ce qui s’est passé. Continuer la lecture

Mais pourquoi la démocratie s’arrêterait-elle aux portes des entreprises ?

La Suisse est le pays de la démocratie. Certes, notre démocratie n’est pas sans défauts, mais elle fonctionne. Pourtant, il est un domaine très important qui lui échappe totalement, alors qu’il concerne chacune et chacun : le monde du travail. Dans les entreprises en effet, seuls les propriétaires ont leur mot à dire. Eux seuls peuvent décider de l’avenir des places de travail, de la répartition des bénéfices, des investissements, des délocalisations, etc. Pourtant, ces décisions peuvent avoir un impact majeur sur la vie des travailleurs et travailleuses concernés, mais aussi de la population de toute une région. Continuer la lecture

D’où viennent les vraies menaces sur le partenariat social ?

Partis bourgeois et milieux économiques n’ont pas de mots assez durs pour accuser socialistes et syndicats de vouloir «nuire au partenariat social», soulignant que ce dernier est autant une des clefs du succès suisse qu’un moyen efficace de réguler le marché du travail. Sur le banc des accusés: les initiatives pour un salaire minimum légal et «1 à 12».

Prétendre que ces objets, même s’ils déchaînent les passions, sont de nature à ruiner le partenariat social n’est pas sérieux. Continuer la lecture

Passation des pouvoirs au PS Lavaux-Oron

Après 10 ans de présidence du PS Lavaux, puis du PS Lavaux-Oron, j’ai passé la main et l’assemblée générale du PS Lavaux-Oron a désigné Markus Pichler (Oron) comme nouveau président. Il sera secondé par Denis Aguet (Lutry) à la vice-présidence. Ce sont deux militants très expérimentés, le premier étant ancien municipal et actuellement conseiller communal et l’autre conseiller communal (ancien chef de groupe). Avec cette équipe de choc qui représente à la fois le «haut» et le «bas» du district, le PS Lavaux-Oron est parfaitement en mesure d’affronter les futures défis du district, en particulier l’introduction de l’élection à la proportionnelle des conseils communaux des communes de plus de 3000 habitants, et, surtout, les élections cantonales de 2017, lors desquelles le PS Lavaux-Oron ambitionne de récupérer le siège de député perdu malgré une progression de son score (progression qui n’a malheureusement pas réussi à compenser les pertes des verts). Continuer la lecture

Pourquoi les socialistes doivent s’opposer au «revenu de base inconditionnel» (allocation universelle)

Nombreux sont les socialistes à s’enthousiasmer pour l’initiative lancée aujourd’hui pour un «revenu de base inconditionnel» (ou allocation universelle, ou encore impôt négatif). Il est vrai que ses objectifs sont de prime abord séduisants: garantir à chacun un niveau de vie décent et supprimer la pression à accepter n’importe quel emploi. Or, à mon avis, cette proposition est un miroir aux alouettes qui pourrait avoir des conséquences désastreuses sur les salaires, les conditions de travail, l’égalité des chances et les assurances sociales, thèmes chers aux socialistes s’il en est. Continuer la lecture

Allocation universelle: panacée ou miroir aux alouettes?

Un titre en forme de question, afin de lancer un débat qui est en train de prendre de l’ampleur et sur lequel mon opinion n’est pas définitivement arrêtée (je compte d’ailleurs sur vos commentaires pour l’approfondir! 🙂 ): l’allocation universelle, ou revenu inconditionnel garanti ou encore revenu de base.

Continuer la lecture

Quelques commentaires à chaud sur le nouveau programme du PS

Les médias se sont déjà déchaînés contre le projet de nouveau programme du parti socialiste suisse. «Belles théories!» sont-ils ainsi nombreux à scander. Sur l’autre bord, l’extrême-gauche prédit déjà au PS «une rupture avec sa base». Ces attaques venant des deux bords démontrent que le projet est probablement beaucoup plus équilibré et sensé que ne veulent le laisser entendre nos contradicteurs. Dont certains, il faut le rappeler, font de la critique de tout ce que pourront faire ou dire les socialistes une de leur, si ce n’est leur unique raison d’exister.
Quoi qu’il en soit, le projet de nouveau programme mérite largement que l’on s’y penche sérieusement. Ne serait-ce qu’à cause de la place du PS, principale force de progrès social en politique Suisse depuis plus d’un siècle ou à cause du mode d’élaboration du programme: N’en déplaise à certains de nos contradicteurs, au PS, c’est en effet toujours la base qui a le dernier mot. Le projet de programme sera soumis pour consultation à l’ensemble du parti, et c’est un congrès qui décidera démocratiquement de son sort.

Voici donc un premier commentaire à chaud et non-exhaustif de ces propositions (à lire ici en pdf). Continuer la lecture

5 textes suite à la défaite du parti socialiste aux élections européennes

Si la déroute subie par les socialistes européens lors des élections du 7 juin ne devait pas être suivie par une profonde remise en question de la sociale-démocratie européenne, elle serait à n’en pas douter suivie rapidement d’autres débâcles. Avec pour corollaire une dégradation de la situation des classes moyennes et inférieures, des droits des salarié-e-s, de l’environnement, de la redistribution des richesses, ainsi qu’une aggravation des inégalités sociales ou fiscales. S’ils ne veulent pas voir disparaître en même temps qu’eux leurs thèmes fondateurs, les socialistes vont devoir trouver le moyen de rebondir.

Le quotidien « Le Monde » a publié samedi 5 opinions sur le sujet. Certains sont ciblés sur la situation en France, d’autres donnent des pistes que tous les socialistes européens se doivent de creuser. Ainsi, le professeur suédois Bo Rothstein préconise un retour à l’un des thèmes fondateurs du socialisme: la lutte contre les inégalités sociales. Le député travailliste anglais Dennis MacShane prône quant à lui le resserrement des liens avec les syndicats mais aussi de cesser d’adopter un profil uniquement contestataire. Une lecture chaudement recommandée!

Les 5 textes sur le site du PS françaisBo Rothstein, Dennis MacShane, Harlem Desir, Gaetan Gorce, Bernard Poignant.

Moritz Leuenberger, conseiller fédéral assidu

Doyen de fonction du conseil fédéral, mon camarade Moritz Leuenberger semble plus que jamais vouloir s’accrocher à son mandat. C’est regrettable. D’autant plus qu’il commence à donner des signes de lassitude bien plus graves que quelques réflexions désabusées sur un blog: Il vient en effet d’avouer dans la presse dominicale alémanique que, parfois, il ne lit pas les documents des séances (du conseil fédéral) auxquelles il participe.
Bien entendu, ses adversaires politiques se sont empressés de condamner (dans le «Blick am Abend» d’hier (cf p. 2 du pdf) cette attitude désinvolte, inacceptable de la part d’un élu d’exécutif. La jeunesse socialiste les a à juste titre rejoint dans leur critique.
Pour Moritz Leuenberger, il est donc plus que temps de penser à démissionner. M. Couchepin, en fin stratège (pour une fois) a pensé à démissionner suffisamment de temps avant les élections fédérales pour que la personne qui lui succédera ait le temps de faire sa place et pour que ceux et celles qui auront postulé sans succès à son siège puissent se profiler et assurer leur réélection en 2011. Le PS aurait lui aussi bien besoin de sang neuf au sein du conseil fédéral. D’une part, parce qu’il dispose d’une relève compétente et d’autre part, parce qu’il aurait besoin du tremplin que représente un nouvel élu ou une nouvelle élue au gouvernement. Avec la récession qui prend de l’ampleur, la Suisse aura plus que jamais besoin d’un parti socialiste fort, car il n’y a que lui pour défendre efficacement les salariés, les retraités, les assurés. Or, le PS ne peut que souffrir d’un conseiller fédéral inactif (surtout s’il se ridiculise en avouant être inactif). A plus forte raison s’il détient un département permettant d’agir en matière d’écologie et ce alors que le PS a de la peine à rendre ses propositions en matière d’environnement visibles, notamment par rapport à celles –quasi similaires — des verts.

163 «non» contre 6 «oui»

… c’est la baffe monumentale que l’assemblée des délégué-e-s du PSS a infligé aujourd’hui à la proposition néolibérale de Chantal Galladé (CN/ZH) en faveur du libre choix de l’école. Le PS est donc bien le parti qui se bat pour une école publique de qualité, contre une formation à deux vitesses et contre le subventionnement public des bénéfices du privé.

A nouveau, l’aile libérale du PSS a tenté de tirer le parti à droite. Et à nouveau, et comme à chaque fois, la base à répondu de la plus claire des façons.