Le PS s’engage pour le pouvoir d’achat des apprentis

Le pouvoir d’achat est une des préoccupations majeures des vaudoises et des vaudois. Il est une catégorie de salarié-e-s particulièrement touchés par la stagnation des salaires: les apprenties et les apprentis. En effet, leurs salaires – souvent insuffisants – ont stagné ces dernières années, alors que les frais à leur charge n’ont cessé de croître (on pense notamment aux primes d’assurance-maladie). Résultats: de nombreuses personnes en formation professionnelle ont des fins de mois difficiles, des dettes ou doivent faire appel aux bourses, malgré le fait qu’elles soient salariés. Pour mener l’offensive en faveur de leur pouvoir d’achat, j’ai donc déposé cette initiative parlementaire, qui visent à faire passer à 1080.—Fr leur prime annuelle de remboursement de frais professionnels:

Initiative parlementaire: Une prime de 1’080.—Fr. pour tous les apprentis vaudois

La nouvelle loi vaudoise sur la formation professionnelle (LVFPr) est entrée en vigueur le 1er août 2009, soit il y a un peu plus de deux ans. L’art. 14 de cette nouvelle loi prévoit que les entreprises formatrices versent une prime annuelle à leurs apprentis, destinée à couvrir une partie de leurs frais professionnels. Cette disposition a remplacé l’ancienne «demi-prime d’assurance-maladie» que versaient les entreprises formatrices à leurs apprentis. Selon l’art. 14 al. 2 LVFPr, ce montant doit être «révisé régulièrement». Le législateur n’a cependant pas prévu de mécanisme d’indexation particulier.

La présente initiative a donc pour but de réviser le montant actuel de 960.—Fr et de le porter à 1080.—Fr. par an, soit une augmentation de 10.—Fr. par mois. Malgré la bonne santé de l’économie vaudoise, les salaires d’apprentis – et donc leur pouvoir d’achat – n’ont en effet que très peu progressé, la plupart d’entre eux ayant carrément stagné depuis de nombreuses années. En outre, les entreprises formatrices ont reçu, dans le cadre des divers trains de mesures conjoncturelles du Conseil d’Etat, un soutien financier non-négligeable pour la création ou le maintien de places de formation. Dans ces conditions, une augmentation de 120.—Fr. par an nous semble tant appropriée du point de vue du pouvoir d’achat des jeunes en formation que supportable, si ce n’est indolore, du point de vue des entreprises formatrices.

Nous avons donc l’honneur de demander, par voie d’initiative parlementaire (art. 127ss LGC), la modification suivante de l’art. 14 al. 1 LVFPr (RSV 413.01):

Art. 14   Remboursement des frais professionnels

1 Les prestataires de la formation à la pratique professionnelle versent un montant forfaitaire annuel de remboursement des frais professionnels de 960 1080 frs.

(Al. 2 inchangé)

Une réflexion au sujet de « Le PS s’engage pour le pouvoir d’achat des apprentis »

  1. Le PS se bat pour le pouvoir d’achat? Heureux de l’apprendre. Pourquoi souhaitez-vous alors adhérer à l’Union Européenne et par conséquent augmenter le taux de TVA?

    Augmenter la TVA, est-ce cela « augmenter » le pouvoir d’achat des salariés?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *