Succès de mon postulat demandant d’agir contre la surconsommation d’alcool fort chez les jeunes

Le Grand Conseil a accepté aujourd’hui par 74 voix contre 60 de transmettre directement au Conseil d’Etat un postulat demandant au d’agir contre la surconsommation d’alcool fort chez les jeunes, que j’avais déposé la semaine passée. Une (grosse) minorité, emmenée par le député radical et président de GastroVaud M. Haenni, proposait de passer par la case «examen préalable en commission», mais j’ai maintenu de ma proposition de transmettre mon postulat directement au gouvernement et le Parlement m’a suivi par 77 voix contre 66. L’urgence de la situation me paraît suffisante pour éviter de prolonger les débats parlementaires en commission.

Sur ce sujet, un article de «24 heures».

Et suite au succès de mon postulat, un interview sur TRVL.

(ajouté le 15 janvier) Le débat rebondit aujourd’hui dans «24 heures» suite à la proposition (à mon avis pas pertinente du tout) d’interdire carrément la vente de vin et de bière aux moins de 18 ans.

4 réflexions au sujet de « Succès de mon postulat demandant d’agir contre la surconsommation d’alcool fort chez les jeunes »

  1. « Mon postulat »; « Moi je »; « Succès de mon »; avez vous su vous remettre en question qd votre candidature au CN a été refusé pr ces raisons?! Arretez de parler en « Moi je », et ça ira mieux pour vous! . . . Et pour Nous!

  2. Le postulat de M. Schwaab est une atteinte aux libertes individuelles, une etape de plus dans la contrainte etatique… Voici en tous cas un vrai postulat socialiste: on retire la confiance au citoyen et on nous fait croire que l’Etat resoudra les problemes… L’histoire se repete!

  3.  Cher Philippe,

     Effectivement, c’est une atteinte à la liberté individuelle. Mais, à mon avis, la liberté individuelle s’arrête là où elle nuit à celle des autres. Dans le cas de surconsommation d’alcool, la liberté des autres est gravement entravées. C’est l’entier de la société qui paie les pots cassés (dépenses de santé, accidents de la circulation, drames familiaux, etc.) dûs à la surconsommation d’alcool et il y a donc un intérêt public évident à restreindre, très légèrement vous en conviendrez, la liberté individuelle des buveurs.

    Mon postulat ne vise pas à confier le bébé à l’Etat en croyant naîvement qu’il s’occupera de tout. La prévention, c’est justement faire confiance aux individus. Et faire appliquer la loi quand elle existe (en l’espèce la vente d’alcool fort aux mineurs), c’est certes faire recours à l’Etat, mais c’est rendre son action crédible. Or il n’y a qu’un Etat crédible et fort pour défendre les libertés…

     

    Cher M. Jeanneraet,

    Si le ton et le contenu de mon blog ne vous plaisent pas, j’en prends bonne note. Mais sachez cependant que personne ne vous oblige à visiter ces pages.

    Cordialement

    jcs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *