La transparence sur mes indemnités parlementaires 2012

Il est important que l’activité des parlementaires soit totalement transparente. Les citoyens ont notamment le droit de savoir ce qu’ils touchent pour l’exercice de leur mandat. Comme promis lors de mon élection, voici donc le récapitulatif des indemnités parlementaires que j’ai reçues en 2012.

Indemnités imposables brutes Il s’agit du «salaire» des parlementaires (jetons de présence pour plénum et commissions, indemnités pour rapporteur, défraiement longue distance, indemnités annuelle pour préparation des travaux parlementaires et contribution pour la prévoyance professionnelle): 71’653.20 Fr.

Indemnités non imposables Ces indemnités servent à couvrir les frais d’exercice du mandat parlementaire (frais de logement et de repas pendant les sessions, frais de transport, contribution annuelle au frais de personnel et de matériel): 55’922.95Fr.

Total des indemnités: 127’576.15Fr.

La base légale est la Loi sur les moyens alloués aux parlementaires.

Pour être complet, voici encore le montant total des contributions que j’ai reversées en 2012 au parti fédéral (PSS), cantonal (PSV) et régional (PS Lavaux-Oron): 12’756.—Fr.

(Rappel: le PS n’est financé que par les contributions de ses élus et membres)

9 réflexions au sujet de « La transparence sur mes indemnités parlementaires 2012 »

  1. JC: BRAVO!!! Je n’ai que deux commentaires, dont je te présume tout à fait blanc, mais
    1) Quid d’autres revenus, type revenus secondaires? Si je me souviens bien, le vrai problème, c’est les lobbyistes élus…
    2) À 56k d’expenses, mon employeur me vire, mais bon elles sont certainement justifiées… Mais on souhaiterait peut-être un peu de transparence.

    Meilleures salutations, PC

    • 1) Effectivement, là, je n’ai mis que ce que je touche de la Confédération.
      2) ces 56k comportent notamment les frais de nuitées et de repas pendant les sessions, ce qui fait vite bcp à env. 180.- par nuit et 100.- de frais de repas par jour. Il y a aussi le coût d’un AG 1ère classe et le remboursement des frais informatiques (ordi, frais de natel, d’imprimante, ADSL à la maison, etc.). Le reste sert à rémunérer un collaborateur personnel ou le travail personnel de préparation (comme je suis mon propre collaborateur, je n’ai pas eu besoin d’en engager un).

  2. Cher Monsieur,
    J’aimerais bien recevoir de plus amples renseignements concernant ce travail de lobbyiste. De quoi s’agit-il exactement ? Merci vivement. Meilleures salutations.
    Michèle Herzog, Pully

    • Bonjour Mme Herzog,

      Un ou une lobbyiste est une personne qui cherche à influencer la législation, en tentant de convaincre parlement, gouvernement et administration. On l’appelle « lobbyiste » à cause de la salle des pas perdus (lobby, en anglais), que les lobbyistes arpentaient à l’origine pour y rencontrer les parlementaires (les moyens de communication modernes font qu’il n’est plus nécessaire de se trouver forcément dans la salle des pas perdus pour y parler aux parlementaires). Un « lobby » est aussi une organisation qui défend des intérêts: p. ex. un syndicat, une organisation patronale, une organisation de locataires, une organisation de défense de l’environnement, une organisation de paysans ou une organisation qui défend les intérêts d’une branche économique. Lorsque je travaillais pour l’Union syndicale suisse, j’étais lobbyiste pour le compte des salariés de notre pays.
      Par extension, on appelle lobbyiste tout parlementaire qui travaille ou à un mandat lucratif pour un lobby. C’est par exemple mon cas, étant donné que j’ai des fonctions dirigeantes au sein de l’Association Suisse des Employés de Banque.
      J’espère avoir répondu à votre question et vous souhaite une belle journée.

        • Il semblerait que M. Schwaab ne soit pas capable de prouver que le PS « n’est financé que par les contributions de ses élus et membres ».

          Des belles paroles, comme les ministres de gauche français…

  3. 56’000 Frs de frais de fonctionnement, l’hotel passe encore, mais 100Frs par jour pour se nourrir? C’est déjà une forme d’abus, surtout quand le citoyen ne peut déduire qu’une fraction de ce montant des impôts et qu’il est non imposable pour le parlementaire!

    J’imagine qu’en additionnant 120’000 Frs aux rétributions que vous percevez en tant que syndicaliste, et peut-être d’autres activités vous permettent de vivre bien au delà du niveau des personnes que vous êtes sensé défendre!

    L’ouvrier devrait peut-être demander à son syndicaliste de partager avant d’attaquer son patron qui crée des emplois!

    Salutations

    Richard

  4. Je tiens à ajouter le coût ahurissant d’un ministre français, calculé par M6 lors d’un reportage de CAPITAL: 20M d’Euros par année (tout compris, sécurité, déplacements, logement, etc)

    Ce qui me fait penser que nous sommes tout de même un peu plus raisonnables.

  5. Ping : La transparence sur mes indemnités parlementaires 2013 | Jean Christophe Schwaab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *