L’UDC prend 17 millions aux familles vaudoises

La Confédération devait verser environ 200 millions de francs aux cantons, pour qu’ils puissent alléger la charge des primes d’assurance-maladie des familles, dont les primes ont explosé cet automne. Au Parlement fédéral, cette mesure a été coulée par la majorité UDC-PLR. Si elle ne l’avait pas été, les familles vaudoises auraient bénéficié de 17 millions de francs de réduction de primes. Le groupe socialiste au Grand Conseil a donc déposé au amendement au budget 2010, pour que les familles vaudoises qui subissent de fortes hausses de primes bénéficient bénéficient tout de même de ce coup de pouce. L’UDC, qui prétend parfois soutenir les familles, s’y est opposée. Au vote, égalité des voix. Le président du Grand Conseil, l’UDC Laurent Chappuis, a tranché en défaveur des familles. Ces subventions passent donc définitivement à la trappe.

(Les débats budgétaires se poursuivent…)

9 réflexions au sujet de « L’UDC prend 17 millions aux familles vaudoises »

  1. Et on ne veut pas de subventions, on veut des solutions! (J’étais pour une caisse unique!) Mettez votre énergie à trouver une nouvelle idée à ces problèmes plutôt qu’à creuser le déficit!

  2. Richard, votre commentaire sur Ruth Dreifuss montre que vous ne devez pas bien avoir saisi comment une loi est élaborée et votée. Mais, effectivement, la LAMAL comporte de nombreux défauts. En attendant qu’ils soient corrifés, il ne reste que le subventionnement des primes par l’Etat…
    Comme vous l’aurez constaté, le PS se bat depuis de années pour des solutions (il prévoir d’ailleurs de relancer bientôt l’idée de caisse unique). D’autres de nos propositions ont toutes été balayée par la majorité bourgeoise du parlement fédéral, à la solde des assureurs-maladie, qui veillent jalousement sur leur petit business…

  3. Voyons, Monsieur Schwaab, vous savez comme moi qu’une caisse unique ne résoudra en rien l’augmentation des coûts…. C’est juste qu’en tant que socialiste, vous ne pouvez accepter qu’il y ait des entreprises privées. Vous êtes trop obnubilé par l’Etat et vos croyances collectivistes.

  4. Voyons, Philippe, vous savez bien qu’il existe des exemple de caisses uniques fonctionnant parfaitement dans d’autres assurances sociales, p. ex. l’assurance-accident, où la SUVA sert de caisse unique pour de nombreuses branches et génèrent beaucoup moins de frais de gestion que les assureurs privés de la LAMAL…
    Quant à votre idée qu' »en tant que socialiste », je n’accepterais pas qu’il y a ait des entreprises privées, elle est farfelue. Là où ma position est claire en revanche, c’est que les tâches de service public et d’assurances sociales doivent être assumées par des entités publiques, soumise au contrôle démocratique et en général mieux gérées et moins gourmandes en frais d’exploitation (et de pub, et de salaires des managers) que les entités privées chargées des mêmes tâches…

  5. Et quel serait l’exemple à suivre? La France avec son trou de la sécu et ses charges sociales qui n’arrêtent pas d’augmenter?

  6. Cher Vv., le groupe socialiste proposait de financer ces 17 millions avec l’excédent budgétaire. Cela n’aurait donc pas créé de nouveau déficit.

  7. Donc un effet unique, car personne ne peut garantir l’excédent budgétaire. Par contre, avec cette mesure, vous créez un espoir que vous ne pourrez (peut-être) pas tenir à l’avenir…. Typiquement socialiste…

  8. Avec votre raisonnement, Philippe, inutile de faire de voter un budget, qui n’est qu’une prévision (fort heureusement plutôt fiable). Tous les Etats démocratiques, qu’ils soient gérés par la gauche ou la droite, procède ainsi. Je ne vois pas ce que cette démarche aurait à voir avec le socialisme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *