Infrarouge: IFD vs TVA

J’étais mardi soir l’invité d’Infrarouge sur TSR 1 pour y parler fiscalité, suite à la désolante proposition du PRD de supprimer l’impôt fédéral direct et de le remplacer par la fiscalité indirecte.

infra20070130-222000-320x240-003.jpg

Voici quelques réflexions suite à cette émission :

  • Le PRD n’a pas encore calculé de modèle, mais lancé une idée sans vraiment y réfléchir. Il peut donc maugréer tant qu’il veut contre les calculs du socialiste Alain Berset ou du Blick, mais ne peut pas opposer le moindre chiffre.
  • La délégation radicale genevoise emmenée par Pierre Maudet comprenait deux représentant des classe moyenne (supérieure, faut-il ajouter, car gagnant entre 170’000 et 200’000.—Fr. par an!), dont les problème relève plus de la politique familiale (prix et nombre des places de crèches) ou du logement (prix et disponibilité des logements pour les familles) que de la fiscalité. Et même s’ils se sentaient « spoliés » par l’IFD, ils ne semblaient pas vraiment dans la misère.
  • Pierre Maudet a plusieurs fois tenté d’accuser le PS de vouloir augmenter la TVA à 15%. Ce n’est pas correct : le PS soutien l’adhésion à l’UE, qui entraînerait une TVA à 15%. Mais, si la Suisse adhérait à l’UE, il faudrait de toute façon rediscuter de la fiscalité et de comment utiliser cette TVA (p.ex. pour l’AVS ou baisse les primes d’assurance-maladie). En revanche, discuter de la TVA maintenant et dans un contexte de pure attaque contre l’Etat et l’impôt, au profit des hauts revenus et aux dépends des classe moyenne comme la proposition actuelle du PRD, c’est absurde !
  • Le PRD se défend de vouloir augmenter la TVA, mais parle plutôt d’impôt écologique. Mais le PRD est, avec le camp bourgeois, le plus récent partisan d’une hausse de la TVA. La majorité bourgeoise de la commission du national qui traite du refinancement de l’AI propose de boucher les déficits avec la TVA, alors qu’une augmentation de la cotisation des employeurs serait beaucoup plus pertinente. En effet, si les employeurs comprennent que mettre leurs employés âgés à l’AI leur coûte cher, peut-être réfléchiront-ils à les maintenir sur le marché du travail…

Les calculs d’Alain Berset
Sur le même sujet…
Le site d’infrarouge…

Pour visionner toute l’émission, cliquer ici

10 réflexions au sujet de « Infrarouge: IFD vs TVA »

  1. La vérité, c’est que ça arrange bien les radicaux, de ne pas vouloir comprendre la position du PS et de l’accuser de prôner une hausse de la TVA sans compensation… ça leur permet de faire malhonnêtement diversion et de tenter de détourner l’attention de leur propre proposition…

    ça débat ferme sur le même sujet sur le site de Levrat, http://www.levrat.ch, à l’adresse précise http://www.levrat.ch/blog/?p=197#more-197

    A bientôt, Sipuro

  2. Bons arguments, un vrai débat de vraie politique. J’adhère à la proposition radicale mais accepte votre avis, à l’exception d’un élément fondamental.

    Vous écrivez: « Deux représentants de la classe moyenne […] Et même s’ils se sentaient « spoliés » par l’IFD, ils ne semblaient pas vraiment dans la misère ». Doit-on être dans la « misère » pour attendre des prestations de l’Etat resp. attendre un pouvoir d’achat à la hausse? L’avis de ces gens compte-il moins à cause de leur salaire confortable?

    Pour le reste, le débat continue… Salutations

  3. @Julien Chavaz: Le fait que les deux intervenant soient aisés ne doit certainement pas leur interdire de s’exprimer. Ce n’est en tout cas pas ce que j’ai voulu dire. Ma constatation est plutôt qu’en tant que membre des couches supérieures de la classe moyenne supérieure, ils profiteraient certainement d’une diminution de la fiscalité directe. Ce qui démontre bien à quel point la proposition radicale est favorable aux hauts revenus…
    Le mot « misère » est certainement mal choisi et je m’excuse si j’ai été mal compris. Même si ces deux familles n’ont presque plus rien dans la poche à la fin du mois (ce qui est le cas de nombreuses familles), ils ont l’air de vivre confortablement, eux.

  4. @ Julien Chavaz

    Les « deux représentants de la classe moyenne » ont dû être choisis par les radicaux pour servir la cause! L’un est candidat (radical, faut-il le préciser?) aux prochaines élections municipales (je l’ai vu récemment sur un stand à distribuer des cartes demandant de voter pour lui) et l’autre est municipale (radicale, faut-il le préciser?) d’une commune genevoise. Alors, SVP, de la transparence et assez de manipulation !

    Cela dit, la classe moyenne est celle qui, pour un ménage, gagne entre 50’000 et 110’000, voire 120’000 francs par année. Au-delà, on est dans les franges aisées de la population. Le PRD a beau vouloir maintenant tordre les chiffres pour aboutir à ce qui l’arrange, c’est pas crédible (et il aurait fallu le calculer avant de proposer des âneries). Merz dit qu’il faudrait une TVA à 14% pour remplacer l’IFD. Si je ne m’abuse, Merz est d’ailleurs aussi radical. Dans ces conditions, ce n’est qu’au dessus de 160’000 ou 170’000 francs par année que les contribuables seraient gagnants. Au-dessous, ce sont des pigeons…

    M. Chavaz. On ne vous connait pas beaucoup à Lausanne mais vous semblez promis à un très brillant avenir politique (selon l’hebdo d’il y a quelques temps, qui parait de vous omme d’un Maudet fribourgeois). Alors, SVP, à 24 ou 25 ans, sachez sortir des carcans partisans! A vous voir défendre même les pires bêtises (radicales ou pas, d’ailleurs, je suis pour ma part sans parti), on se pose vraiment des questions. Quand vous aurez décroché votre premier mandat électif, serez-vous le défenseur de la population ou du dogme radical (qui bat de l’aile)?

    A bon entendeur et bonne réflexion, mais ne vous trompez pas une seconde fois!

  5. @ Sandy

    « Cela dit, la classe moyenne est celle qui, pour un ménage, gagne entre 50′000 et 110′000, voire 120′000 francs par année. Au-delà, on est dans les franges aisées de la population. »

    Commentaire très arbitraire. Chaque situation est différente, notamment le fait d’avoir des enfants.

    « Le PRD a beau vouloir maintenant tordre les chiffres pour aboutir à ce qui l’arrange, c’est pas crédible (et il aurait fallu le calculer avant de proposer des âneries) »

    Idem pour les socialistes, qui prévoient une TVA à 15%, sans compensation de la fiscalité directe.

    « Défendre même les pires bêtises »

    On ne peut ne pas être d’accord avec quelqu’un, cela ne signifie pas pour autant que ce sont des bêtises. En l’occurence, la proposition du PRD est plutôt intéressante, pour autant que l’on veuille bien l’étudier. La suréaction du parti socialiste montre à quel point ce parti est nerveux (probable défaite sur la caisse unique, perte de siège aux élections bâloises, etc.). Vous vous dites sans affiliation à un parti, très bien. Mais évitez cependant, à l’instar du candidat Schwaab, d’être aveuglé par l’idéologie collectiviste, malheureusement inculquée depuis les toutes premières années d’école publique et relayée par la plupart des mass médias…

  6. @philippe
    Histoire de clarifier un peu les choses: la proposition du PS d’augmenter la TVA à 15% n’a été faite que dans l’optique de l’adhésion à l’UE, qui entraînerait automatiquement une telle augmentation. Je ne la partage d’ailleurs que de ce point de vue. Mais c’est vrai qu’elle doit être accompagnée d’une réfléxion sur la fiscalité en général qu’une adhésion rendra de toute façon nécessaire. A mon avis, la suppression de l’IFD ou toute diminution de la fiscalité directe doit être proscrite, car c’est toujours un cadeau aux mieux lotis. A cet égard, la proposition du PRD n’est peut-être pas « une bêtise » (loin de moi l’idée que les radicaux soient « bêtes »), mais elle est antisociale, inéquitable et l’expression d’un ultralibéralisme primaire.
    Pour en revenir à l’Europe, il faudrait que la Suisse cesse gentilment de ne s’adapter qu’à certaines règles européennes qui n’intéressent qu’une partie de la population et apportent des désavantages aux autres. L’Europe à la carte n’a pas d’avenir pour notre pays.

  7. @Philippe
    « Commentaire très arbitraire. Chaque situation est différente, notamment le fait d’avoir des enfants. »

    Pas si arbitraire que cela! On parle évidemment toujours d’une famille-type avec deux enfants. C’est pour cela qu’on parle de « classe moyenne » jusqu’à 120’000 et pas jusqu’à 100’000.

    Deux chiffres:
    a) En Suisse, 90% de la population connait un revenu imposable inférieur à 100’000 francs (vus vos propos, j’imagine que vous n’allez pas le croire. SVP, avant toute réponse, allez vous informer auprès de l’OFS ou du DFF)
    b) Cela signifie, tenant compte des déductions, qu’une famille avec 120’000 francs par année et jusqu’à 3 ou 4 enfants tombe dans cette catégorie.

    Dès que l’on dépasse un revenu imposable de 100’000 francs, on parle des 10% les mieux lotis en termes de revnus, donc d’une classe déjà privilégiée.

    N’oubliez jamais que 50% de la population gagne moins de 5’700 francs par mois à plein temps. Si il y a des électeurs de droite là-dedans, ce sont des électeurs qui votent directement contre leur propre intérêt en votant, par exemple, radical.

    Restent deux évidences:
    a) supprimer l’IFD, l’impôt le plus social et le plus juste que nous connaissons, ne peut qu’avoir des conséquences négatives importantes pour ces 90% de la population-là
    b) le paquet fiscale de 2004 (le souteniez-vous?) a été rejeté justement parce qu’il offrait des cadeaux insensés aux plus hauts revenus et n’aidait en rien ceux qui tirent la langue et qui peinent simplement à boucler un petit budget (je parle là de ceux qui se trouvent autour du revenu de 5’700 francs par mois)

  8. Cher Christophe,

    Les impôts doivent se calculer en fonction de la capacité économique des contribuables. C’est un principe constitutionnel, utilisé avec succès par les recourrants au TF contre les impôts dégressifs à Obwald.
    Or, remplacer l’IFD par la TVA, c’est à mon avis porter atteinte à ce principe: Gens aisés et gens moins aisés paient la même TVA s’ils achètent le même bien. En revanche, l’IFD est progressif, c’est-à-dire que la part du revenu imposée est plus élevée au fur et à mesure qu’augmente le revenu imposable. Si l’on supprime l’IFD, les hauts revenus seront moins imposés. Je vous recommande de jeter un coup d’oeil aux calculs d’Alain Berset: http://www.berset.ch/archives/documents/2007/070122.TVA-IFD.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *