Plains-toi pas c’est l’plein emploi!

C’est pas que la reprise de l’école ou du boulot, c’est la reprise tout court. Le chômage décroît, y’a d’la joie, c’est l’plein-emploi! Enfin, c’est ce que clament les manchettes, les responsables RH qui-ne-trouvent-pas-la-perle-rare, les chasseurs de tête qui n’ont jamais fait autant d’affaires, et enfin les salariés, ravis de toucher une prime parce qu’ils ont conseillé à leur patron d’engager la belle-sœur de leur petit cousin.
Alors, si c’est le plein-emploi, cela signifie que les chômeurs restants n’ont vraiment pas envie de travailler, ceux qui n’ont qu’un emploi temporaire sont tellement instables qu’ils seraient de toute façon incapables de conserver longtemps la même place et les travailleurs pauvres sont trop tire au flanc pour quitter leur emploi précaire pour un autre mieux payé. C’est pratique, le plein-emploi; Si t’as pas (assez) de boulot, c’est ton problème!
Sauf que… 160’000 chômeurs, 260’000 personnes en sous-emploi, 300’000 travailleurs pauvres, 700’000 pauvres, le travail temporaire multiplié par quatre en quelques années, ça ne fait pas très «plein» emploi, vous ne trouvez pas ?

Chronique de politique chronique parue dans le numéro 3 du Tromblon, qui tiendra un stand à l’occasion du festival international de BD de Lausanne, qui se déroulera  s’est déroulé les vendredi 7 (14h – 20h), samedi 8 (10h – 20h) et dimanche 9 septembre (10h – 18h). Venez J’espère que vous êtes venu-e-s y découvrir une partie de la rédaction et certains dessinateurs à l’espace fanzine, sur l’esplanade du Flon!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *