Pourquoi le Grand Conseil vaudois a eu raison de retoquer l’UDC

L’UDC, dont la présence en Suisse romande provoque décidément l’insécurité et pose de réels problèmes de sécurité publique, a proposé aujourd’hui une résolution demandant de «définir des règles équitables » pour que tous les partis puissent tenir leurs assemblées à l’université. Le Grand Conseil ne s’est pas laissé manipuler par les blochériens et une majorité PS-AGT-LV-AdC et quelques courageux radicaux a refusé cette résolution.

De prime abord, cette elle ne mangeait pourtant pas de pain. Un appel en faveur de la liberté de réunion et à la lutte contre l’arbitraire, quoi de plus normal en démocratie? Venant de l’UDC il ne s’agissait cependant que d’une vaste hypocrisie dont le rejet était nécessaire. En effet, ce parti se signale trop souvent pour son mépris de l’ordre constitutionnel et sa volonté de déstabiliser les institutions pour que son appel à les respecter soit dénué de toute crédibilité.
Ces deniers temps, les manifestations de mépris de l’ordre démocratique Suisse venant des rangs de l’UDC sont en effet légion:
• Des élus de ce parti se permettent, lors d’émissions télévisées, des commentaires grossiers à l’encontre de membres du Conseil fédéral, afin de mettre en doute sa légitimité démocratique.
• D’autres (souvent les mêmes que les premiers, d’ailleurs), s’affichent ouvertement lors d’assemblées de divers mouvements d’extrême-droite ou néofascistes européens (extrême-droite flamande, bloc identitaire) et assument désormais leur proximité avec ces mouvements.
• La politique de ce parti est de plus en plus dirigée contre l’ordre constitutionnel, en particulier la séparation des pouvoirs, comme le rappelait hier cet excellent article du «Temps».
• Dans le canton de Vaud, la totalité du groupe UDC a manifesté ouvertement son mépris pour un organe constitutionnel démocratiquement élu, la Cour de Comptes, en quittant la salle lors de son assermentation.
• Toujours dans le canton de Vaud, le porte parole de l’UDC Suisse Kevin Grangier a tenté de se faire assermenter comme membre des autorités communales d’une commune (La Tour-de-Peilz) où il n’était pas domicilié.

La politique de l’UDC est un poison pour nos institutions démocratiques et notre Etat de droit. Dans d’autres pays, un «front républicain» s’élève systématiquement contre l’extrême-droite. Les nombreuses voix venant des rangs radicaux et AdC laissent espérer qu’une telle attitude est aussi possible dans notre pays.

21 réflexions au sujet de « Pourquoi le Grand Conseil vaudois a eu raison de retoquer l’UDC »

  1. « L’UDC, dont la présence en Suisse romande provoque décidément l’insécurité et pose de réels problèmes de sécurité publique »

    Jusqu’à preuve du contraire, ce sont des étudiants gauchistes qui ont menacé l’UNIL de vandalisme. L’UDC en est en rien responsable.

    Justifieriez-vous la violence?

    Ou comment inverser les tords…

  2. Philippe, vous devez bien admettre qu’il y a une corrélation directe entre tenue d’une assemblée de l’UDC en Suisse romande et problèmes de sécurité.

    Je ne justifie aucune violence, au contraire, je la condamne. Et vous?

  3. @ JCS:

    Je condamne la violence et l’appel à la violence. Vous, vous inversez les torts, en écrivant que l’UDC est responsable.

    Il n’y a aucun problème à ce que l’UDC tienne une assemblée. Le problème est que les gens de gauche ne supporte pas ce parti et font tout pour empêcher qu’ils se réunissent. On a vu dans le Jura, lorsque Blocher est venu à Lausanne ou maintenant à l’UNIL.

    Il n’y a qu’à voir le nombre d’affiches de droite démolies ces derniers temps dans nos rues….

    Condamnez-vous ceci:

    – les appels à la violence de la part d’étudiants de l’UNIL?
    – la démolition d’affiches d’autres partis, notamment de droite?
    – les manifestations violentes lors de la tenue d’assemblée (lancer des oeufs, des pierres sur des membres d’un parti)

    La droite de ce pays a bien plus de respect que la gauche…

  4. Je soutiens Philippe et admets que ce texte de votre part est près de vous coller une étiquette de gauchiste anarchiste.

    J’en suis navré.

    Salutations

  5. Ne soyez pas navré, Richard! Vous avez raison, je suis un homme de gauche, je l’assume et vous remercie du compliment.
    En revanche, me traiter d’anarchiste est méconnaître totalement les différentes idéologies politiques. Les anarchistes (qu’ils soient de gauche ou de droite) souhaitent la disparition de l’Etat. Je défends plutôt un Etat fort, équitable, redistributif et au service des citoyens. Confondre socialisme et anarchisme est donc erroné.

  6. Et en tant qu’homme de gauche, condamnez-vous ceci:

    – les appels à la violence de la part d’étudiants de l’UNIL?
    – la démolition d’affiches d’autres partis, notamment de droite?
    – les manifestations violentes lors de la tenue d’assemblée (lancer des oeufs, des pierres sur des membres d’un parti)

  7. Il me semble normal de condamner ces violences.
    Mais il serait également honnête de reconnaître que c’est l’affaire de très peu de gens, en rendre le PS responsable est quant même bien malhonnête.
    Je n’ai personnellement jamais entendu ou vu d’élu PS aller à des assemblées de stalinistes convaincus ou être félicité par un politicien étranger d’extrême gauche, et vous?
    Pouvez vous en dire autant pour l’UDC?
    Il y a une frange de la population qui s’exprime par la violence, politisée ou non d’ailleurs, et qui profite de toutes manifestations pour laisser éclater sa haine ou son envie de casse. Il est triste que cela se passe avec les manifestations de la gauche, mais comme on ne voit jamais de manifestation de bourgeois nationalistes, on ne peut pas dire si il n’y aurait pas les mêmes débordements.
    Il est même toujours plutôt étonnant de voir comment ils parviennent à éviter et fuir la police. De là à penser que c’est un peu voulu, il n’y a qu’un pas que je ne fais encore pas.

  8. @ Lefredo:

    A berne les casseurs et autres manifestants se réfugient dans la Reitschule, espace défendue par tous les partis de gauche….

    Personellement, je n’ai pas encore entendu de politiciens de gauche condamner les destructions d’affiches, le sprayage de bâtiment, le vol d’urne, la mise à feu de bulletins de vote, etc…

    Qui ne dit mot consent…

  9. La Reitschule est surtout défendue par le peuple. Il y a eu au moins 5 votes populaires sur son sort et le peuple l’a toujours défendue. Et l’UDC a toujours perdu!

  10. @ berner:

    Rectification: la majorité du peuple, qui est à gauche en ville de Berne. CQFD.

    Défendriez-vous cette manière d’agir (vandalisme puis refuge à la Reitschule)?

  11. @Philippe
    Je vous ai déjà dit que cela n’était pas acceptable, mais de mon point de vue compréhensible et explicable.

    Maintenant je ne vois pas trop ce que les condamner va changer, je n’ai pas la prétention de pouvoir agir sur ces gens. Je ne manifeste d’ailleurs pas.
    Mais je n’ai pas tellement vu de politicien de l’UDC attaquer Baetig une fois pris dans une réunion d’extrémiste de droite. Il a plutôt été défendu.
    Et se faire féliciter par Marine Le pen ou l’extrême droite autrichienne n’a pas l’air de vous déranger tant que ça non plus.
    Et je ne parle meme pas des visites de l’Oskar au pays-bas.
    Ne reprochez donc pas à la gauche ce que vous en faites pas en interne non plus. C’est malhonnête.

  12. Philipp: La majorité du peuple, c’est la majorité. Celle de la ville de berne est aussi légitime pour les affaires bernoises que celle du peuple suisse pour les dossiers suisses. Vous ne pouvez pas renier une majorité pour la simple raison que ce qu’elle a décidé ne vous plait pas. Vous n’êtes pas un démocrate!

  13. Berner, entièrement d’accord avec vous, si les bernois souhaitent garder cet endroit c’est légitime. C’est même intelligent: ou retrouverons nous ces paumés(ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de qualités) dans le cas ou cet endroit serait fermé: disséminés dans la ville!

    JCS, c’est vrai que je me sens très mal à l’aise lorsque le plus grand parti de ce pays est félicité par des Le pen par exemple. Ils devraient s’en distancier sans compromis (de même avec les groupuscules extremistes en Suisse)

    Maintenant, le fait que les socialistes nient l’insécurité croissante (Cb de bureaux de poste braqués depuis le début de l’année?) ne devrait pas permettre de mettre sur un même pied l’UDC et le FN français par exemple.

    Populisme? Peut-être. Mais l’inverse, le socialisme caviar, tel qu’on le trouve partout en Europe, qui ne peut régner que lorsque le peuple n’a que peu à dire sur les décisions de ses « élites »: La France en est toujours le meilleur exemple!

    Finalement, vous voulez arriver à quoi?

  14. @ Lefredo:

    « Ne reprochez donc pas à la gauche ce que vous en faites pas en interne non plus. C’est malhonnête. »

    L’UDC vandalise-t-elle les bâtiments? Fait-elle pression (avec menace de violence) pour tenter d’empêcher des réunions d’autres partis? Ses partisans sprayent-ils les affiches des autres partis?

    A ma connaissance non, contrairement aux activistes de gauche….

    @ Berner

    « Vous ne pouvez pas renier une majorité pour la simple raison que ce qu’elle a décidé ne vous plait pas. Vous n’êtes pas un démocrate! »

    Je ne renie pas à la gauche bernoise, majoritaire, de vouloir gouverner. je condamne son double jeu, hypocrite, visant à soutenir le vandalisme et la violence, pour autant que celles-ci se déploient contre leurs adversaires politiques, en l’occurence l’UDC.

    La démocratie, c’est protéger les manifestants violents, pour vous?

  15. @Philippe
    Mais arrêtez d’être malhonnête!!!
    Combien de gens font ces déprédations? Une poignée! Et il est bien difficile de dire à quelle mouvance politique ils sont rattachés.
    Alors de dire que les activistes de gauches sont violents, c’est un peu comme dire que les flocs sont analphabètes parce qu’ils ne savent pas écrire Johannisberg.
    C’est certainement vrai pour certains, mais de loin pas la généralité que vous aimeriez bien faire croire.

  16. @ Lefredo

    Ce n’est pas cela non plus le problème ici. Simplement qu’au lieu de condamner ces comportements, le parti socialiste… disons… s’en accomode! Et cela est scandaleux

  17. @ lefredo:

    Aucune malhonnêteté dans mes propos, juste des faits. Je pourrais également rajouter que les manifestants, de gauche, n’ont vraisemblablement aucun problème à faire parti d’une manifestation dans laquelle les drapeaux communistes volent au vent…

    De plus, je n’ai pas encore vu et entendu M. Schwaab (et ses amis politiques) condamner ces agissements. Pire, il inverse les torts, en arguant que c’est la faute de l’UDC s’ils ne peuvent organiser une assemblée à l’uni. Libre à vous d’essayer de défendre bien maladroitement ces gens, les citoyens se rendent compte de plus en plus de ces agissements. Vivement 2011.

  18. Monsieur Schwaab,

    A la lecture des événements récents, vous feriez bien d’utiliser votre « notoriété » pour condamner vos collègues du black bloc et autres anarchistes qui n’hésitent pas à violenter des élus fédéraux (Hans Fehr) ou à faire exploser des engins pyrotechniques dans des locaux publiques (Davos) et qui, depuis de nombreuses années, causent dommages et dégats à hauteur de millions.

    C’est bizarre, lorsque la gauche est en cause, silence radio des Levrat, Schwaab et autres… Vraiment bizarre.

  19. Philippe, décidément, vous ne savez faire qu’une chose (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je ne perds plus mon temps à commenter votre activité de troll): colporter des contre-vérités. Vous prétendez que le PS n’a pas condamné l’inadmissible contre M. Fehr. C’est faux (peut-être l’ignoriez-vous, peut-être le saviez-vous, mais visiblement, l’honnêteté n’est pas votre fort, mais bon, peut me chaut après tout)

    Voici l' »Appel contre la violence physique en politique » daté du 24 janvier:

    Les quatre plus grands partis gouvernementaux, UDC, PS, PLR et PDC condamnent la violente agression à l encontre du conseiller national Hans Fehr à Zürich vendredi soir.

    Une telle attaque en est également une contre la démocratie. La liberté d’opinion et la liberté de mouvement sont des droits fondamentaux et des piliers de la Suisse.

    La violence physique en politique n a pas lieu d être. Malgré une argumentation dure et parfois des attaques violentes, les différents politiques doivent toujours rester au niveau verbal. La force et la menace n’y ont pas de place – la peur ne fait jamais avancer la prise de conscience ni le débat.

    La Suisse est fière et avec raison que même les plus hauts fonctionnaires peuvent se déplacer librement dans tout le pays et sans protection personnelle. Et cela ne doit pas changer !

    Union démocratique du centre UDC
    Parti socialiste suisse PS
    Les Libéraux-Radicaux PLR
    Parti démocrate-chrétien suisse PDC

  20. « vous devez bien admettre qu’il y a une corrélation directe entre tenue d’une assemblée de l’UDC en Suisse romande et problèmes de sécurité.  » Je vous suggère de suivre un cours de statistique de base. Vous y apprendrez que corrélation ne signifie pas toujours causalité.

  21. Navré, je n’ai pas pu me retenir:

    Mes condoléances pour la votation de ce weekend. Je vous propose d’enfoncer une porte ouverte et de proposer cette loi en France.

    Je me permets de mettre en avant la situation des parcs immobiliers de Lausanne et Neuchatel (En fait, cela a commencé à Genève) et là, oh misère, le Matin (désolé de nommer ce journal ici) nous annonce qu’un nombre fascinant d’élus de Lausanne et Neuchatel (garbani… hum) sont locataires de biens immobiliers de luxe à des loyers… TRES… accesssibles.

    Un exemple: Marx Lévy, ancien municipal en charge des Travaux, paie son 8,5 pièces de 280 mètres carrés 1840 francs par mois à la Ville, propriétaire des lieux.

    Je vais être direct: j’ai du respect pour les ouvriers mais pas pour les socialistes de SALON. C’EST TELLEMENT FACILE d’habiter un appartement de luxe sans pratiquement le payer et demander à l’état de payer toutes les charges sociales possibles! HONTE, HONTE et HONTE

    Et afin d’accrocher une nouvelle médaille de la honte au tableau socialiste:

    Valérie Garbani, qui a laissé pourrir la situation (à Neuchatel), elle conseille depuis fin 2009 la Gérance immobilière municipale de Genève…

    Mes excuses, je n’i pas pu me retenir de vous écrire. C’est normal que les socialistes ne sont plus crédibles. Finalement, si vous pouviez créer une section « messsages* sur votre blog: je ne sais pas ou indérer mes messages.

    Salutations

    Richard

Répondre à Caspi Waltch Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *