Privacy by design / by default – Inverser la logique de protection des données en faveur des utilisateurs

J’ai déposé cette semaine au Conseil national deux postulats demandant au Conseil fédéral d’étudier l’opportunité d’inscrire dans la loi sur la protection des données, qui devrait être révisée à partir de l’an prochain, les concepts de protection des données dès la conception (privacy by design) et de protection des données par défaut (privacy by default). Il s’agit d’inverser la logique qui prévaut actuellement et de donner la priorité à la de protection des données. Le plus haut niveau de protection possible doit être garanti par défaut et non plus sur demande des utilisateurs comme c’est souvent le cas aujourd’hui. Et lorsqu’une nouvelle technologie est créée, la question de sa compatibilité avec la protection de la sphère privée doit se poser dès la conception et pas seulement une fois les problèmes concrets apparaissent. Continuer la lecture

Protection des données sur le net: à nouveaux défis, nouveaux instruments et nouveaux droits!

La protection des données sur internet est un des défis majeurs de ce début de XXIème siècle. Sont énormes tant le volume que la qualité des données que l’on peut facilement récolter sur tout un chacun, sans qu’il s’en rende compte, parfois même sans qu’il ne les ait lui-même rendu accessibles. En outre, ces masses de données sont souvent traitées par des entreprises sises hors de nos frontières, sur lesquelles notre droit national n’a guère de prise. Droit national qui perd toute portée lorsque ce sont d’autres Etats, souvent avec la complicité des multinationales de l’internet, qui collectent des données de citoyens suisses sans limites ni scrupules. Continuer la lecture

Lex USA et protection des collaborateurs: Où en est-on?

C’était une décision difficile à prendre: J’ai voté oui à la «lex USA», malgré les incertitudes sur le contenu, malgré le non-respect des procédures parlementaires, malgré le sacrifice des employés en lieu et place des clients tricheurs, malgré le fait que la politique soit une fois de plus obligée de voler au secours des directions des banques ayant commis l’erreur de persévérer dans leur stratégie dangereuse de captation de l’évasion fiscale.

Mon vote était justifié d’une part par les menaces graves qui pèsent sur notre place financière et, partant, sur notre économie dans son ensemble en cas de plaintes pénales aux USA contre des banques suisses. Mais il était surtout justifié par le fait que seule la «Lex USA» pouvait garantir une protection suffisante du personnel face à la livraison inéluctable des données personnelles aux USA. En effet, le Conseil fédéral livrera ces données, car le Parlement lui a donné mandat de tout mettre en œuvre pour régler le différend avec les USA. Continuer la lecture