Présidence du PSS : pourquoi je soutiens Mathias Reynard et Priska Seiler Graf

Je connais Mathias Reynard depuis longtemps. Bien avant notre entrée commune au Conseil national. Nous étions déjà engagés ensemble à la jeunesse socialiste. Et déjà, nous étions sur la même longueur d’ondes : nous voulions un PS qui ne trahisse pas ses idéaux (c’étaient les années de la « troisième voie » prônée par MM. Blair et Schröder) ; un PS qui défende coûte que coûte les travailleurs et les plus démunis, le service public, l’égalité, les droits fondamentaux, l’environnement. Au Conseil national, j’ai beaucoup collaboré avec lui, notamment lorsque j’ai présidé la commission qui a élaboré son projet de loi contre l’homophobie. J’ai constaté que ses idéaux n’avaient pas bougé d’un pouce. J’ai beaucoup apprécié un parlementaire efficace, convaincant, avec un immense réseau (syndicats, ASLOCA, Initiative des Alpes). Et qui ne refusait jamais un verre de Dézaley ou de Riex sur la terrasse du Palais fédéral (souvent accompagné d’un excellent pinot valaisan de sa vigne).

Je connais moins Priska Seiler Graf, car je n’ai siégé que deux ans avec elle. Mais j’ai pu apprécier une parlementaire combattive, tenace, compétente et aux valeurs indiscutablement de gauche.

Voici pourquoi je suis persuadé que Priska et Mathias formeront une excellente coprésidence :

  • Il et elle défendront les travailleurs-euses, notamment en refusant les attaques incessantes pour prolonger les horaires de travail, généraliser le travail du dimanche, casser la protection des salaires, mais aussi pour adapter le monde du travail aux défis actuels : lutte contre la sous-enchère salariale, le harcèlement, le mobbing, la pression croissante sur les travailleurs-euses, pour le droit à la déconnexion, pour l’égalité des genres. Mathias a d’ailleurs déposé de nombreuses interventions parlementaires sur ces sujets et c’est le seul candidat avec un engagenent syndical.
  • Elle et il défendront l’environnement s’engageront pour le climat, en témoigne par exemple leurs engagement pour les transports publics ou les régions de montagne très touchées par les bouleversements climatiques.
  • Il et elle défendront un service public fort, performant, ouvert aux nouvelles technologies, accessible à toutes et tous, qui continue à être un des ciments de l’unité de notre pays.

Bref, avec Mathias et Priska à sa coprésidence, le PS restera fidèle à ses idéaux et aux gens qu’il a toujours défendu. Il sera aussi innovant et créatif que notre époque l’exige.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *