Pour en finir avec l’argument : « Ce sont les jeunes qui vont payer ! »

Les opposants à la réforme des retraites PV2020 n’ont pratiquement qu’une seule stratégie : monter les générations les uns contre les autres en faisant croire aux jeunes « que c’est eux qui vont payer » une réforme qui « ne leur apporte rien ». C’est faux, archi-faux. Et c’est facile à démonter :

  • Tout d’abord, parce que les retraités paient aussi la TVA et contribuent donc aussi à l’assainissement. Il est donc faux de dire que seuls les actifs paient. Mais ce ne sont pas que les habitants de notre pays qui contribuent à financer les retraites : Les touristes paient aussi environ 10% des recettes de la TVA.
  • Ensuite, augmenter les rentes AVS est rentable pour les jeunes qui ont des revenus bas ou moyens, car ils paient beaucoup moins de cotisations que ce qu’ils touchent une fois à la retraite. En revanche, les gens très aisés paient beaucoup, alors qu’ils touchent à peu près la même rente AVS que tout le monde, rente sur laquelle des impôts sont prélevés. Voici un exemple de calcul qui démontre la « rentabilité » de l’AVS pour les jeunes mais aussi son caractère social : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=10212730297305815&id=1038386111
  • C’est surtout en cas de non à PV2020 que les jeunes vont passer à la caisse : le plan B du PLR et de l’UDC sera en effet avant tout financé… par les jeunes. Ils auront 1 milliard de francs de cotisations au 2ème pilier à payer en plus chaque année, sans que leurs futures rentes n’augmentent pour autant. Pour un jeune actif en début de carrière professionnelle, cela veut dire payer plus de deux fois plus de cotisations LPP. En résumé, le plan B de la droite, c’est « cotiser plus sans toucher plus ».
  • Renforcer le financement de l’AVS bénéficie directement aux jeunes d’aujourd’hui. En effet, sans le financement supplémentaire de PV2020, l’AVS n’aura pratiquement plus d’argent dans sa caisse en 2030. Un financement supplémentaire permet de garantir les futures rentes.
  • Voici enfin l’argument à mon avis décisif : aujourd’hui, sans réforme, les assurés du 2ème pilier actifs paient 3 milliards de francs par an de cotisations LPP non pas pour assurer leurs futures rentes… mais pour payer les rentes des retraités actuels. Actuellement, les jeunes paient donc énormément de cotisations LPP qui sont redistribuées retraités. En cas de non à PV2020, ce financement des rentes du 2ème pilier par les actifs augmentera à 3,7 milliards par an en 2030. Seule la réforme PV2020 (baisse du taux de conversion) fera baisser cette redistribution qui est contraire aux objectifs du deuxième pilier… et aux intérêts des jeunes générations.

Dans l’intérêt des jeunes générations : 2x OUI à PV2020 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *