#grazienonna Arrêtez de dénigrer les retraités!

grossmutter-mit-kind-und-logo-f-i-web

Monter les jeunes contre les « vieux » ? Pas question !

Nous sommes choqués. Choqués en tant que jeunes et jeunes parents, que l’on se serve de nous pour, sous couvert de la « solidarité entre les générations », faire campagne contre une AVS forte. On prétend que « les jeunes » seraient contraints de « payer de plus en plus pour les rentes des vieux » et que cela « violerait le contrat entre les générations ». Cette argumentation est aussi fausse que perfide. Nous sommes extrêmement reconnaissants envers nos grands-parents et nos parents pour ce qu’ils ont fait et font toujours pour nous. Ils ont construit notre pays dans des temps difficiles : des infrastructures, un système éducatif, un système de santé public et des assurances sociales de grande qualité. Notre bien-être se base sur les décennies pendant lesquelles ils ont travaillé de manière acharnée. Et nous sommes reconnaissants pour ce qu’ils font toujours pour nous, par exemple quand ils nous aident à garder nos enfants. Les « vieux » ont largement mérité une retraite décente. Leur garantir une vieillesse dans la dignité, c’est notre devoir, et nous en sommes fiers. Nous sommes choqués que l’on se serve de notre génération pour mener la charge contre nos grands-mères, nos grands-pères, nos pères et nos mères.

L’AVS : bonne pour les jeunes et les moins jeunes !

Prétendre que l’AVS se finance aux dépens des jeunes générations est tout simplement faux. C’est le contraire qui est vrai : l’AVS est l’assurance sociale dont le « rapport qualité-prix » est le meilleur pour la population, pour les retraité-e-s comme pour les actifs et les actives. Un couple qui bénéficie aujourd’hui de la rente maximale de 3150 francs a payé à l’AVS 460 000 francs de cotisations salariales jusqu’à sa retraite. S’il avait dû économiser lui-même pour obtenir la même rente, il lui aurait fallu mettre de côté plus de 800 000 francs ! Grâce à son financement solidaire et parce qu’avec elle aucune assurance ne se sert au passage, l’AVS est extrêmement intéressante. Et elle le restera demain aussi. Par contre, l’épargne privée, cela coûte beaucoup d’argent. Dans le deuxième pilier, le secteur financier empoche chaque année 6,4 milliards de francs de frais de gestion (2013). De l’argent perdu pour les assuré-e-s.

L’AVS n’est pas en danger !

Cela fait maintenant deux décennies que les adversaires de l’AVS nous promettent sa ruine et tentent de faire croire aux jeunes générations qu’elles devront la financer sans en bénéficier. Tous leurs pronostics se sont avérés faux. Les cotisations AVS n’ont plus été augmentées depuis 1975. Seul un pourcent de TVA a été rajouté, il y a bientôt 20 ans. En même temps, le nombre de rentiers et rentières AVS a augmenté depuis lors de 960 000 pour passer à 2,2 millions. L’AVS est donc extrêmement performante. À cause de l’arrivée à la retraite des baby-boomers, un financement additionnel est maintenant nécessaire. Cela peut et doit se faire sans baisser les rentes. Par exemple avec un pourcentage de TVA qui ne touchera pas seulement les jeunes et les actifs. Contrairement à ce que ses adversaires prétendent, le financement de l’AVS ne repose en effet pas uniquement sur les actifs.

Non à l’hypocrisie !

Ceux qui prétendent aujourd’hui parler au nom de la jeunesse et défendre ses intérêts sont hypocrites. Ils n’ont que faire d’une prévoyance vieillesse de qualité et sûre. Ils veulent relever l’âge de la retraite alors qu’il n’y a pas assez d’emplois. Ils veulent que les rentes restent basses pour que les assurances puissent faire les meilleures affaires possibles. Et ils s’opposent systématiquement aux importantes demandes des jeunes générations : relèvement des bourses d’études, hausse des crédits à la formation et à la recherche, développement économique futur grâce à la transition énergétique, etc. Ils n’hésitent en outre pas à procéder à des coupes ciblées contre les jeunes, dans l’assurance-chômage ou dans l’aide sociale.

Il faut renforcer l’AVS !

Les attaques dirigées contre l’AVS ne sont pas dans l’intérêt des jeunes. Nous aussi, nous serons un jour vieux. Et nous aurons alors besoin d’une prévoyance vieillesse de qualité. L’AVS joue un rôle important ici. Or ses rentes sont toujours plus à la traîne de l’évolution des salaires. C’est pour cela que l’AVS doit être renforcée. Une mesure intelligente qui peut être financée.

Berne, 25 septembre 2015

 

Jean Christophe Schwaab, Cédric Wermuth, Valérie Piller Carrard, Aline Trede

Une réflexion au sujet de « #grazienonna Arrêtez de dénigrer les retraités! »

  1. Merci de voir qu’une personne jeune comme vous nous comprenne. Mon père a commencé à payer l’AVS en 1948 année de ma naissance et son père a pu en profiter, moi j’ai travaillé 46 ans de ma vie et j’ai payé pour mes parents, ma fille travaille depuis 25 ans ainsi de suite. Je vis en Guadeloupe car je vis mieux avec ma retraite et j’ai un bel appartement de 3 pièces TTC avec terrasse pour 650€. Et je ne coûte rien à mon pays, puisque l’on entend sans arrêt nos dirigeants dire que l’on coûte trop chère, on devient trop vieux, 40 ans que j’entends ce refrain. D’ailleurs dans le temps à Noël mes parents recevaient 100frs ils ont été aboli évidemment à notre âge, on ne fête plus Noël, ni le 31 décembre, on ne fait plus de cadeaux ni repas de fête. Ce n’est pas en augmentant l’âge de la retraite que cela va arranger et nos jeunes restent sur le carreaux ??? Chercher l’erreur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *