Personne ne veut d’une libéralisation totale des horaires, promis!

Pauvres partisans du travail 24h/24! A peine leur reproche-t-on de ne pas vouloir se limiter à quelques «shops», qu’ils jurent leurs grands dieux que jamais au grand jamais ils n’accepteraient une libéralisation totale des horaires de travail. D’ailleurs, selon ces grands défenseurs de consommateurs brimés, le vote du 22 septembre ne porte que sur quelques saucisses à rôtir dans une poignée de shops et n’est donc pas «une libéralisation des heures d’ouverture». Et toute la bande de se confondre en promesses que leur proposition ne vise qu’à satisfaire un besoin ponctuel des consommateurs ou à introduire un «minimum de souplesse», mais que, promis-juré-craché, pas question d’aller plus loin. Une rapide analyse des faits ne tarde pas à lever le voile sur ces larmes de crocodile.

Ainsi, tous les promoteurs d’une «petite», «pragmatique», voire «insignifiante» extension des horaires qui arguent que leur proposition n’est que «ponctuelle» ou ne vise qu’à satisfaire un besoin «particulier»… soutiennent aussi les autres propositions du même acabit. Lesquelles, mises bout à bout, nous amènent gentiment mais sûrement vers le 24h/24, comme le démontre cette liste. Il ne s’agit donc pas de satisfaire des «besoins ponctuels et particuliers», ni de faire preuve de «souplesse», car sinon, tous ces «pragmatiques» refuseraient systématiquement toute autre proposition visant à étendre les horaires de travail.

Par exemple, mon collègue Christian Lüscher (PLR/GE), auteur de la proposition pour le travail 24h/24 dans les shops, a cosigné la motion Christian Wasserfallen (PLR/BE) pour prolonger tous les horaires dans tous les cantons et introduire deux dimanches de travail supplémentaires. Il a aussi appelé de ses vœux une libéralisation totale à la tribune du Conseil national (le 3 mai 2012, cf. BO CN 2012 647). Mais à part ça, il ose prétendre que sa proposition «ne mènera pas à une libéralisation complète des horaires». Et le même de pleurnicher («24 heures» du 13 août 2013): «Mon texte a été prise en otage!» Comme il a intitulé sa proposition «libéralisation des heures d’ouverture», il aurait dû s’attendre à ce que les opposants aux libéralisations des heures d’ouverture protestent.

Une libéralisation des heures d’ouverture qui en est bien une

C’est d’ailleurs le titre même de la proposition de M. Lüscher qui démontre quelles sont les vraies intentions de ses partisans: Elle est, cela a été dit, intitulée «libéralisation des heures d’ouvertures des shops de station-service». Il est donc peu crédible, voire même carrément gonflé, de prétendre qu’une proposition dont le titre est: «libéralisation des heures d’ouverture» n’est pas… une libéralisation des heures d’ouverture. Mais il n’y a pas que le titre, le contenu a lui aussi pour effet d’étendre les horaires de travail. Cette initiative vise à autoriser le travail 24h/24 dans la partie «magasin» des shops. Partie qui doit être fermée entre 1h et 5h du matin, car il n’est pas possible d’y employer du personnel. La rendre accessible n’importe quand, c’est donc bien en libéraliser les heures d’ouverture.

Cette proposition n’a ni été «mal comprise», ni «prise en otage». Elle doit donc être combattue pour ce qu’elle est réellement: une étape vers la libéralisation de tous les horaires de travail.

12 réflexions au sujet de « Personne ne veut d’une libéralisation totale des horaires, promis! »

  1. « Mais il n’y a pas que le titre, le contenu a lui aussi pour effet d’étendre les horaires de travail. Cette initiative vise à autoriser le travail 24h/24 dans la partie «magasin» des shops. Partie qui doit être fermée entre 1h et 5h du matin, car il n’est pas possible d’y employer du personnel. La rendre accessible n’importe quand, c’est donc bien en libéraliser les heures d’ouverture. »

    Sauf que pour les 24 shops que cela concerne, il y a déjà des employés entre 1h et 5h du matin, puisque ceux-ci peuvent vendre l’essence et les articles de cafétéria pendant ces heures-là. Si un client achète 3 yogurts en plus de son café et de la benzine, je ne vois pas en quoi le caissier a une surcharge de travail….

    Vos seuls arguments concernent des votations futures et non celle du 22 septembre, bien faible.

    • Je vois que vous savez fort bien réciter la propagande, Philippe! Qui dit plus d’assortiment dit plus de personnel qui sera contraints de sacrifier santé, vie sociale et familiale aux désidératas des consommateurs impatients! En outre, la loi soumise au vote autorise TOUS les shops situés le long des grands axes routiers à forte fréquentation touristique à ouvrir 24h/24, donc pas seulement la vingtaine actuellement ouverte au mépris de la loi. Cette loi permet donc d’étendre le 24h/24 dans d’autres endroits.

      • Je ne récite nullement la propagande, j’essaie de recadrer vos propos démagogiques…. c’est différent.

        « Qui dit plus d’assortiment dit plus de personnel qui sera contraints de sacrifier santé, vie sociale et familiale aux désidératas des consommateurs impatients! »

        Vous êtes sérieux lorsque vous affirmez qu’un individu qui viendra acheter 3 yogurts dans un shop DEJA OUVERT, dans lequel un employé travaille DEJA pour servir café et benzine, que cet employé en question aura une surcharge de travail? Votre argument est ridicule.

        ET jusqu’à preuve du contraire, personne n’est forcée de travailler dans un shop…

  2. Commentaire rédigé avec un grand smiley 🙂

    Pourquoi ne pas adopter un saucisson AOC (ça existe ?) et le promouvoir officiellement pendant votre campagne ? A force de parler de saucissonner, ça donne faim.

    Jusqu’à quelle heure puis-je acheter un saucisson vaudois dans un shop ? 🙂

    Chirac et ses pommes, Schwaab et son saucisson :o)

  3. Félicitation Jean Christophe, il est bon de se battre dès le début pour de tel absurdité, même pour une infime partie de la population, car lorsque l’autorisation sera donnée elle fera des envieux et qui c’est jusqu’où la droite motivera les commerces de travailler 24 heures sur 24.

    Personnellement, le travail en équipe, avec la nuit toutes les 3 semaines a détruit ma santé. Maintenant, j’ai un commerce et il ne me viendrait pas l’idée de faire en sorte de continuer de détruire ma santé où celle de mes employés, surtout pour des clopinettes.

    Mon commerce a la réputation d’avoir des horaires très large et je peux certifier que depuis 18h30 à 19h30 le d’affaire est très faible.

    Maintenant, je suis persuadé que le jour est fait pour magasiner et la nuit pour dormir, que se soit bien clair pour tout ceux qui veulent rendre leur porte monnaie plus épais.

    Je souhaite à tous ceux qui voteront oui le 22 septembre de ne JAMAIS devoir travailler de nuit, car le travail de nuit n’est pas toujours un choix.

    A quand la fabrication du saucisson AOC la nuit ?

  4. @ Serge André:

    « il est bon de se battre dès le début pour de tel absurdité »

    Ce qui est absurde, c’est d’avoir une station-service et un kiosque ouverts 24h/24h dans lequel une partie des produits doit être cachée alors que les autres peuvent être vendus 24h/24h.

    « car lorsque l’autorisation sera donnée elle fera des envieux  »

    Il y a maintenant déjà des autorisations (ex. restoroute de Lully). Les commerçants du coin ne souhaitent pas pour autant ouvrir 24h/24h. D’ailleurs ils ne le peuvent pas et cela continuera à l’avenir.

    « Je souhaite à tous ceux qui voteront oui le 22 septembre de ne JAMAIS devoir travailler de nuit, car le travail de nuit n’est pas toujours un choix. »

    Je voterai OUI pour supprimer cette absurdité bureaucratique (certains produits doivent être couverts de 01h à 05h du matin, bien que le magasin soit ouvert et que le personnel soit au travail!). Ici on ne parle pas des heures d’ouverture, car les stations-service en question sont déjà ouvertes….

    Par contre, le jour où nous devrons nous prononcer sur une ouverture 24h/24h, de tous les commerces, là je serai effectivement plus sceptique. Mais ce n’est pas le sujet du 22 septembre, restons honnêtes.

  5. Cher Philippe,

    Vous me paraissez très bien connaître les textes concernant ce sujet et nous sommes tous bien d’accord que notre point de vue va au delà de la votation du 22 septembre, d’où mon honnêteté sur le sujet.

    De mon côté, je m’appuie sur un vécu professionnel qui a tourné à la catastrophe au niveau de ma santé et non sur des textes soumis à votation actuelle et future.

    Donc mon soucis n’est pas d’autorisé plus où moins de marchandise à la vente entre 1h et 5h du matin, mais de la santé des personnes qui sont déjà soumise à ce genre d’horaire.

    Il existe maintenant d’autre moyen entièrement automatique pour vendre les produits de première nécessité sans devoir faire travailler du personnel la nuit.

    Cette votation n’implique pas grand chose, mais elle est une réflexion importante pour notre hygiène de vie future.

    Je vous invite à la réflexion, non pas comme client, mais comme employé. Comme ils ne sont qu’une minorité de votant, ils n’auront pas la voix au chapitre sur leur futur. Donc c’est très bien que des politiciens comme Jean Christophe, (que je ne connais pas du tout) existent pour défendre la voix des employés.

    Aujourd’hui, j’ai reçu par la poste, les 2 drapeaux « 1/12 » que j’ai commandé et que je vais suspendre sur une fenêtre de mon appartement et à mon commerce, pour montrer, que même en temps que patron, je veux et je peux rester HUMAIN et SOLIDAIRE avec la majorité du peuple.

    Quand est ce que l’on comprendra que la ressource première du monde est l’homme avec sa dignité et non pas l’argent, qui permet tout et n’importe quoi?

  6. @ Serge André:

    « d’où mon honnêteté sur le sujet. »

    Si vous étiez honnêtes, vous n’écriveriez pas des propos populistes sans lien direct avec la votation du 22 septembre.

    « Donc mon soucis n’est pas d’autorisé plus où moins de marchandise à la vente entre 1h et 5h du matin, mais de la santé des personnes qui sont déjà soumise à ce genre d’horaire. »

    C’est une noble cause, mais je ne vois toujours pas en quoi voter « oui » ou « non » change quoi que ce soit dans les conditions des employés.

    « Il existe maintenant d’autre moyen entièrement automatique pour vendre les produits de première nécessité sans devoir faire travailler du personnel la nuit. »

    Effectivement et c’est très bien, mais on ne parle pas d’ouvrir la nuit. On parle de pouvoir vendre des produits qui doivent actuellement être cachés pendant 4h puis redécouverts pour être vendus (vous rendez-vous compte de l’absurdité?)

    « Cette votation n’implique pas grand chose, mais elle est une réflexion importante pour notre hygiène de vie future.  »

    Vous pouvez réfléchir sur l’hygiène de vie, vous pouvez être contre le travail de nuit, c’est votre droit. Mais cela n’a rien à voir avec la question du 22 septembre, à savoir si on peut vendre l’entier de l’assortiment pendant 20h (de 5h01 à 0h59) et qu’une partie de l’assortiment doit être caché entre 1h et 5h ou durant 24h.

    « Donc c’est très bien que des politiciens comme Jean Christophe, (que je ne connais pas du tout) existent pour défendre la voix des employés »

    Personnellement j’ai des doutes sur la défense des employés par des syndicalistes. Je ne sais pas si fermer des shops est favorable aux employés qui y travaillent….

    « Aujourd’hui, j’ai reçu par la poste, les 2 drapeaux « 1/12″ que j’ai commandé et que je vais suspendre sur une fenêtre de mon appartement et à mon commerce, pour montrer, que même en temps que patron, je veux et je peux rester HUMAIN et SOLIDAIRE avec la majorité du peuple. »

    Votre solidarité amènera à faire payer la classe moyenne plus d’impôts afin de boucher les trous de l’AVS/AI qui auront été creusés suite à des propositions comme l’initiative 1:12. Savez-vous que dans les assurances sociales, un cinquième des contribuables financent 70% des recettes? Voulez-vous changer ce rapport, en demandant plus à la classe moyenne?

    « Quand est ce que l’on comprendra que la ressource première du monde est l’homme avec sa dignité et non pas l’argent, qui permet tout et n’importe quoi? »

    Bonne réflexion, mais aucun rapport avec la votation du 22 septembre, qui a pour seul but d’éliminer une absurdité bureaucratique (certains produits doivent être couverts de 01h à 05h du matin, bien que le magasin soit ouvert et que le personnel soit au travail!)

  7. Cher Philippe

    Dommage que votre dialogue reste purement bureaucratique et basé sur le seul texte de la votation du 22 septembre.

    Personnellement, je considère le côté humain du travail plus important que votre dialogue. Pour moi la vie doit être le plus possible et pour un maximum d’être humain, un lieu de bonheur de dignité et de santé. Alors, que votre dialogue est limité à cette seule votation qui me parait bien inutile pour l’avenir de nos enfants, c’est pourquoi, je m’arrêterai là dans mes propos. et je laisserai le soins des urnes se prononcer et comme tout bon citoyen helvétique, j’accepterai la décision du peuple.

    Merci de votre partage.

  8. @ Serge ANdré:

    « et basé sur le seul texte de la votation du 22 septembre. »

    C’est bien ce que l’on nous demande de voter. Lorsqu’une votation porte sur l’adhésion à l’ONU, on ne parle pas d’adhésion à l’OTAN (même si l’UDC fait des amalgames).

    « Alors, que votre dialogue est limité à cette seule votation qui me parait bien inutile pour l’avenir de nos enfants, c’est pourquoi, je m’arrêterai là dans mes propos.  »

    En effet, l’article en question parle de la votation du 22 septembre et j’y apporte mon point de vue. Si vous souhaitez débattre des conditions salariales en Suisse, des heures d’ouverture des commerces (régler au niveau cantonal), des droits des travailleurs, pas de problème, je discute volontier avec vous. Mais ne me faites pas le reproche de commenter le sujet de votation alors que c’est bien de cela dont il s’agit (même si vous souhaitez « élargir » le contenu afin de pouvoir trouver des arguments en faveur du NON)

  9. Ping : Prolongation des horaires de travail : quand on vous disait que ce n’était que le début… | Jean Christophe Schwaab

Répondre à jcs Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *