Voter à droite = baisser les rentes AVS et augmenter l’âge de la retraite

Après une première tentative avortée il y a quelques mois à peine, la droite bourgeoise revient à la charge pour baisser les rentes AVS et augmenter l’âge de la retraite. La majorité UDC-PLR-PDC de la commission de la sécurité sociale du Conseil des Etats vient en effet de décider d’augmenter d’une année l’âge de la retraite des femmes. Cette augmentation n’est que le prélude d’une augmentation généralisée, dans la droite ligne des propositions Couchepin ou de l’Union Patronale (67 ans). Pour toutes les retraitées, il s’agira de travailler plus… pour gagner moins, car, parallèlement, cette même majorité souhaite diminuer l’indexation des rentes AVS, les rentes du 2ème pilier et donc le pouvoir d’achat de tous les rentiers.

Effets néfastes sur le pouvoir d’achat

Outre l’augmentation de l’âge de la retraite, deux autres propositions menacent directement le pouvoir d’achat des retraités. Une motion PDC souhaite en effet supprimer la compensation automatique du renchérissement pour les rentes AVS et le conseiller fédéral PLR Burkhalter propose quant à lui une baisse des rentes du 2ème pilier, lui qui a pourtant inauguré son mandat sur une défaite retentissante lors d’un vote populaire portant… sur le même sujet.

Cumulées, ces diverses mesures pourraient faire perdre jusqu’à 3900.—Fr. par an sur une rente de couple et 2700.—Fr. sur les rentes des femmes.

Déni de réalité

Ces décisions sont totalement à côté de la réalité. En effet, la situation financière de l’AVS est solide, elle fait du bénéfice et les prévisions des partis bourgeois à son sujet se sont systématiquement révélées fausses. En outre, les chances – presque inexistantes – des plus de 55 ans sur le marché du travail montrent qu’augmenter l’âge de la retraite ne ferait qu’augmenter le nombre de chômeurs et de bénéficiaires de l’aide sociale âgés. Ce ne serait donc qu’un report de coût sur d’autres assurances sociales ou sur les contribuables.

L’impact des élections fédérales

Ces décisions désastreuses pour le pouvoir d’achat des retraités n’ont pour l’instant été prises qu’en commission et ne seront soumise au plénum du Parlement qu’après les élections fédérales. Il est d’ailleurs intéressant de relever que l’UDC, qui prétend défendre la volonté populaire, soutient ces mesures, alors qu’elles sont contraires à tous les derniers votes du peuple (refus de la 11ème révision de l’AVS, refus de la baisse des rentes du 2ème pilier).

Une fois les élections passées, nul doute qu’UDC et consorts n’auront plus le moindre scrupule à s’attaquer aux retraités. Heureusement, un vote intelligent des citoyens permettra de redresser la situation.

Qui souhaite défendre le pouvoir d’achat de tous les retraités n’a qu’une seule chose à faire: voter socialiste d’ici au 23 octobre!

6 réflexions au sujet de « Voter à droite = baisser les rentes AVS et augmenter l’âge de la retraite »

  1. Et voter à gauche, c’est accepter l’endettement de l’Etat, donc vivre au-dessus de ses moyens. L’atterrissage risque d’être très douloureux, comme en Grèce…

  2. Philippe, quand donc cesserez-vous de nous bassiner avec vos clichés à deux balles? Aux USA, la dettes a explosé sous les républicains. En France, le gouvernement de M. Sarkozy a fait exploser la dettes de plus de 500 milliards d’Euros. Et, en Suisse, c’est sous la conduite de la socialiste Micheline Calmy-Rey que le canton de Genève a réduit sa dette… due aux précédents gouvernements… de droite. Alors arrêtez de prétendre que gauche = dette, car c’est faux. Et le peuple vient de nous donner raison dans le canton de Vaud.

    • Je ne commente pas la politique des autres pays. Ce que je constate, c’est que la droite, qui nous gouverne depuis toujours dans ce pays, a fait passé le frein à l’endettement, ce qui nous permet aujourd’hui de bénéficier d’une situation plus confortable que la majorité des pays qui nous entourent. Dois-je vous rappeler que la gauche à combattu le frein à l’endettement… Quelles étaient ses motivations?

      Vous avez raison lorsque vous dites que « gauche » ne doit pas être associé à « dettes ». C’est plutôt le terme « collectivisme » qui serait plus approprié. Idéologie que l’on retrouve effectivement dans les partis de gauche…

      • A vous lire Philippe, ou pourrait croire que cette même droite n’était pas au pouvoir quand se creusaient les dettes dans les cantons de VD, GE, BE, etc. Elle est donc aussi douée que la gauche pour produire des déficits publics, si ce n’est plus. En ce qui concerne le frein à l’endettement, je vous recommande mes commentaires sur le cas vaudois: http://www.schwaab.ch/archives/2010/04/27/frein-a-l%E2%80%99endettement-machine-infernale/

        • C’est bien la politique collectiviste que je condamne, et non le clivage gauche/droite. Malheureusement, certains élus libéraux ou de « droite », une fois au pouvoir, mène la même politique collectiviste et volontariste telle que souhaité par les partis de gauche (à de rare exceptions). D’où mon raccourci…

        • Votre commentaire sur le frein à l’endettement dans le canton de VD est pour le moins ahurissant. Si il y a une leçon à retenir de l’actualité, c’est effectivement d’abroger la claude d’exception liée à la conjoncture. Voyez les divers plans de sauvetage européens – adaptés en raison de la conjoncture – Qui conduisent les Etats dans des situations intenables et qui provoqueront un choc d’une ampleur incomparable.

          Il faut au contraire louer le courage des élus de droite dans ce dossier et dénoncer avec vigueur votre irresponsabilité.

Répondre à jcs Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *