Tests multicheck: le conseil d’Etat répond à deux interpellations

Le conseil d’Etat a répondu aux interpellations de mes collègues député-e Elisabeth Stucki (PS) et Bernard Borel (AGT) sur les tests « multicheck » et apparentés.

Le conseil d’Etat déplore que ces tests soient payants et à la charge des jeunes en formation et de leur familles, qu’ils pénalisent certains jeunes (p. 3), qu’ils se soient « progressivement orientés sur les connaissances générales des candidats, au détriment des capacités professionnelles » (p. 3) (sic!) et que les entreprises et associations professionnelles, en recourant à ces tests, « aient parfois tendance à se décharger sur des tiers du processus de sélection des apprentis, alors qu’elles assumaient jusqu’alors elles-mêmes cette responsabilité »(p. 4). Il finit par conclure que ces tests « ne sont pas forcément utiles » (p. 5).

Pourtant, il ne compte pas les interdire, car cela relève « de la liberté économique » et que l’Etat « n’est pas habilité à intervenir » (p. 3). Là, il se trompe. La liberté économique est certes un droit constitutionnel, mais, comme tout droit constitutionnel (à l’exception des plus fondamentaux), elle peut être restreinte dans le cadre d’un loi, si un intérêt public l’exige. En l’espèce, il y a un intérêt public à mettre un terme à ce petit business qui s’est développé sur le dos des jeunes à la recherche d’une place de formation et qui n’est en fait rien d’autre qu’une sélection par l’argent. L’intérêt public est d’autant plus manifeste qu’il existe une alternative crédible: les tests (gratuits) organisés par les associations professionnelles, qui ont l’immense avantage d’avoir un rapport avec le métier en question.

Le proposition du groupe socialiste d’interdire les multicheck et apparentés garde donc toute sa pertinence.

La réponse du conseil d’Etat aux interpellations Stucki et Borel en pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *