L’UDC vote – de nouveau – contre la sécurité

Habituée à faire de la sécurité son fonds de commerce, l’UDC a été une nouvelle fois prise la main dans le sac. Cet après-midi au grand conseil, la totalité du groupe UDC a refusé d’augmenter de 6 postes l’effectif de la police cantonale (proposé par le parti socialiste). Le parti de M. Blocher a beau prôner plus de sécurité à tout bout de champ, quand il s’agit de dépenser de l’argent pour améliorer concrètement la sécurité publique, l’extrême-droite se dégonfle.

Il faut noter que la quasi-totalié des élus radicaux et libéraux ont aussi refusé cette modeste proposition (qui a été refusée, certains verts s’étant abstenus…). Bref, améliorer la sécurité, pour les partis bourgeois, c’est plus facile à dire qu’à faire.

6 réflexions au sujet de « L’UDC vote – de nouveau – contre la sécurité »

  1. UDC, UDC, UDC, restez calme, pardi! Et que dites-vous des cinglantes defaites du PS lors des votations du 30 novembre (AVS, joints, etc.)?

  2. Ah ça oui, le PS a perdu (sauf sur le droit de recours des associations de défense de l’environnement, la LStup et la fumée passive – et le PSV ne donnait pas de consigne de vote sur le cannabis). Difficile de prétendre le contraire. N’oublions pas que nous avions gagné sur toute la ligne lors des votations fédérales de juin.

    Mais je ne suis pas si sûr que l’AVS soit une défaite totale. Maintenant, la retraite flexible est sur la table et même les adversaires de notre initiative ont reconnu la nécessité de trouver une solution.

  3. Je ne connais pas assez le canton de Vaud pour retrouver les bulletins de la séance ? Avez-vous un lien pour retrouver les explications des votes ? Si l’UDC est coutumière de ce genre de vote, il me paraît assez étonnant que les radicaux et les libéraux aient refusé ?

    Je n’ai trouvé que ce lien:
    http://www.vd.ch/fr/organisation/autorites/grand-conseil/seance-des-2-et-3-decembre-2008/

    qui mentionne le bâtiment de la Brigade du Lac ?

  4. On trouve le bulletins du grand conseil, avec les textes des interventions et les résultats des votes nominaux (quand le vote nominal est demandé, en l’espèce, il l’a été) sur cette page: http://www.vd.ch/fr/organisation/autorites/grand-conseil/bulletin-du-grand-conseil/ Mais il ne sont pas publiés tout de suite, il faut souvent attendre quelques semaines. Le débat en question était celui du budget 2009 (EMPL 125).

    Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’UDC vote ainsi. L’an passé, ils avaient aussi refusé deux postes supplémentaires…

    Quant aux libéraux et radicaux, ils sont tétanisés par l’UDC. Et enfermés dans leur position de « rigueur budgétaire et respect de l’équilibre ».

  5. Trouvé, merci !

    Sélection de copier-coller:

    « 105. Police cantonale.
    Mme Michèle Gay Vallotton, rapportrice de minorité : — Comme l’annonce le rapport de minorité 2, le groupe socialiste propose un amendement à la rubrique 3011, qui vise à doter ce service de 6 ETP supplémentaires pour un montant de 750.000 francs. « 105.3011 et rubriques liées : + 750’000 francs. »

    M. Jean Christophe Schwaab : — J’aimerais appeler tous les partis qui se préoccupent sérieusement de sécurité publique à accepter cet amendement. Cette appel s’adresse notamment aux partis qui veulent répondre par des faits concrets et non par de grandes déclarations aux préoccupations des Vaudoises et des Vaudois en matière de sécurité. Il ne pose pas seulement la question d’une réponse aux attentes de la population en matière de sécurité et d’insécurité, mais il est aussi une réponse au développement rampant de la sécurité business, de la sécurité en fonction de la taille du porte-monnaie ou de la tête du client. Vous le savez, le parti socialiste s’engage pour une sécurité publique et démocratique, ce qui ne peut être garanti qu’avec une sécurité exclusivement entre les mains de l’Etat et c’est aussi celle-ci que demande la population vaudoise. Elle a un coût et le parti socialiste est
    d’accord de l’assumer. Il le démontre par cet amendement qui est raisonnable. Nous espérons que ce sera aussi le cas des autres partis représentés au sein de ce parlement et ne manquerons pas, d’ailleurs,
    d’expliquer à la population quels partis se sont concrètement engagés en faveur d’un renforcement des effectifs de la police cantonale et de la sécurité des Vaudoises et des Vaudois.

    […]

    M. Jacques Chollet : — Je suis absolument épaté par les talents de vendeur de mon collègue Jean Christophe Schwaab. Je suis persuadé qu’il réussirait à vendre un réfrigérateur à un esquimau ! Mais soyons un peu sérieux. Il y a suffisamment de policiers — je parle des bleus ou des rouges — dans notre canton. Mais tant qu’on affectera les polices communales à des tâches — ô combien paisibles — telles que celles du contrôle des habitants, de la police des parcs ou des recouvrement de créances, tâches qui ne sont pas, vous l’admettrez, à confier à un policier qui sort de l’école de Savatan, on continuera à déplorer un manque de policiers, toutes polices confondues, dans notre canton. Il est nécessaire de réaffecter des polices municipales à d’autres tâches qu’à celle consistant à rendre les honneurs au cimetière ! Par un réel partenariat entre les rouges et les bleus, nous arrivons à faire face aux questions de sécurité avec l’effectif actuel. Je crois que M. Schwaab s’adressait aux partis qui s’occupent de sécurité ; ce n’est pas l’apanage de l’UDC ni des socialistes. Nous devons tous nous en occuper mais, de grâce, cessons de croire qu’en créant quelques emplois de plus, on résoudra les problèmes de ce canton. Je vous invite donc à refuser l’augmentation de ces ETP.

    […]

    Mme Jacqueline de Quattro, conseillère d’Etat : — Il y a quelques mois, devant le Grand Conseil, je déclarais qu’il manquait une centaine de policiers dans notre canton. Je n’ai pas changé d’avis. Depuis lors, M. Olivier Feller a déposé une interpellation sur ce thème, à laquelle une réponse sera donnée tout prochainement. Je peux dire en substance que l’analyse confirme le constat. Toutefois, à ce stade je ne peux que vous inviter à refuser cet amendement. J’insiste d’abord sur le fait que le budget tel que présenté par le gouvernement est un tout, âprement
    discuté, où les arbitrages ont été rendus. Il n’est pas question de remettre cet équilibre en cause. En outre, si je vous demande aujourd’hui de renoncer à ces six postes supplémentaires, c’est parce que la réforme policière a d’excellentes chances d’aboutir tout prochainement. Je suis confiante : une solution sera trouvée dans les meilleurs délais, d’entente avec les communes. La nouvelle plate-forme canton-communes a en effet fait un travail remarquable et nous espérons pouvoir communiquer tout prochainement les résultats de ses travaux. J’attends de cette démarche une meilleure synergie dans l’engagement des forces sur le terrain. Qu’elles soient bleues ou rouges, finalement, peu importe. Cette plate-forme devrait permettre aux différentes polices d’être beaucoup
    plus efficace Enfin j’ajoute que ma demande de forces supplémentaires pour la police a été en grande partie entendue par le Conseil d’Etat. Au budget 2009, vous trouverez 46,3 postes supplémentaires à disposition de la police cantonale : 29,3 concernent les contrats de prestations, ils viendront notamment en aide à des régions comme la Vallée de Joux qui les réclame depuis longtemps ; 7 renforcent la surveillance sur les autoroutes, un est affecté aux douanes et 9 postes viennent renforcer les actions de la police cantonale sur le terrain, notamment dans les tâches de prévention et de lutte contre la délinquance de jeunes. Je vous invite donc à refuser cet amendement.

    A l’appel nominal, l’amendement Michèle Gay Vallotton est refusé par 66 voix contre 57 et 9 abstentions.

    Ont voté oui : Christa Calpini, Serge Melly, Anne Baehler Bech, Alexis Bally, Valérie Cornaz-Rovelli, Susanne Jungclaus Delarze, Raphaël Mahaim, Marianne Savary, Jacques-André Haury, Verena Berseth Hadeg, Bernard Borel, Cesla Amarelle, Nicolas Rochat, Anne-Marie Depoisier, Philippe Deriaz, Fabienne Freymond Cantone, Pierre-André Gaille, Michèle Gay Vallotton, Florence Golaz, Nuria Gorrite, Jean Guignard, Nicole Jufer Tissot, Grégoire Junod, Olivier Kernen, Denis-Olivier Maillefer, Pascale Manzini, André Marendaz, Stéphanie Apothéloz, Nicolas Mattenberger, Roxanne Meyer, Stéphane Montangero, Lise Peters, Philippe Randin, Michel Renaud, Roger Saugy, Jean Christophe Schwaab, Filip Uffer, Monique Weber-Jobé, Jean-Robert Yersin, Pierre Zwahlen, Dominique Bonny, Olivier Epars, Yves Ferrari, Julien Glardon, Olivier Mayor, Béatrice Métraux, Jean-Michel Dolivo, Anne Papilloud, Christiane Jaquet-Berger, Mireille Aubert, Laurent Ballif, Edna Chevalley, Ginette Duvoisin, Jean-Michel Favez, Olivier Gfeller, Alessandra Silauri, Vassilis
    Venizelos. (57)

    Ont voté non : Jacques Ansermet, Frédéric Borloz, Christine Chevalley, Philippe Cornamusaz, François Debluë, Anne Décaillet, Michel Desmeules, Claude-André Fardel, Olivier Feller, Martine Fiora-Guttmann, Jean-François Cachin, Olivier Golaz, Pierre Grandjean, Frédéric Grognuz, Frédéric Haenni, Rémy Jaquier, Pierre Kaelin, Daniel Mange, Alain Monod, Michel Mouquin, Marc-Olivier Buffat, Laurent Chappuis, Jean-Luc Chollet, Philippe Ducommun, Claude-Eric Dufour, Maximilien Bernhard, Jaqueline Bottlang-Pittet, Jérôme Christen, Régis Courdesse, Michele Mossi, Mario-Charles
    Pertusio, Guy-Philippe Bolay, Albert Chapalay, Grégory Devaud, Pierre-Alain Mercier, Rémy Pache, François Payot, Gil Reichen, Patrick de Preux, Pierre Rochat, Jacqueline Rostan, Jean-Jacques Truffer, Claudine Wyssa, Raphaël Abbet, Jean-Robert Aebi, Eric Bonjour, Michaël Buffat, André Delacour, Fabienne Despot, Armand Rod, Pierre Volet, Laurent Wehrli, Jacques Nicolet, Pierre Guignard, Félix Glutz, José Durussel, Michel Miéville, Philippe Modoux, Pierre-André Pernoud, Pierre-André Pidoux,
    Gabriel Poncet, Pierre-Yves Rapaz, Aliette Rey-Marion, Jean-Marc Sordet, Christian Streit, Bertrand Clot. (66)

    Se sont abstenus : Sandrine Bavaud, Claudine Dind, Philippe Martinet, Elisabeth Ruey-Ray, François Brélaz, Lucas Girardet, Jean-Marc Chollet, Tinetta Maystre, Eric Walther. (9)

  6. Une semaine plus tard, renversement de situation. L’amendement a passé – de justesse- en deuxième débat. On verra s’il passe le cap du troisième débat la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *