L’AVS ou la famine?

« Vous verrez, en 2020, l’AVS sera en déficit, car il n’y aura plus que deux actifs par retraité! » n’arrête-t-on pas de nous seriner. Il est vrai que l’évolution démographique et la croissance de l’espérance de vie font qu’il y aura toujours moins d’actifs pour toujours plus de retraités. Mais l’équilibre financier de nos retraites n’est pas pour autant en danger. Voici un petit exemple pour le démontrer.

En 1900, un paysan devait nourrir 4 personnes. En 1950, il en nourrissait déjà 10. Depuis, le nombre de paysans a diminué, de même que les surfaces cultivables. Pourtant nous ne sommes pas morts de faim pour autant. Car aujourd’hui, un paysan nourrit 130 personnes. La clef se situe dans l’augmentation de la productivité: le nombre de paysans et la surface cultivable ne jouent aucun rôle, seule compte la quantité de nourriture produite. Pour l’AVS, le même raisonnement s’applique: Pour financer les rentes des retraitées et retraités, les actifs doivent produire un certain nombre de richesses (actuellement 31 milliards de francs par an environ). L’important n’est pas de savoir combien d’actifs produisent cette richesse (même s’il est vrai qu’il est plus facile de la produire si le nombre d’actifs est plus élevé), mais qu’elle soit bel est bien produite, peu importe par qui. C’est la raison pour laquelle l’AVS fait toujours des bénéfices (contrairement à ce que pronostiquait le conseil fédéral…), même si la part des actifs par rapport aux retraités est passé de plus de 6 pour 1 en 1948 à un peu plus de 3 pour 1 aujourd’hui. Et passera à environ 2 pour 1 en 2020. La productivité du travail continuant à croître, toujours moins d’actifs pourront financer les retraites de toujours plus de retraités pendant toujours plus longtemps. D’ailleurs, dans ses prévisions à dessein alarmistes sur le financement à long terme de l’AVS, le conseil fédéral sous-estime systématiquement la croissance de la productivité. Voilà bien la preuve qu’il s’agit d’un indicateur important.

Cela ne veut cependant pas dire que l’AVS n’aura pas besoin de financement supplémentaires à moyen terme, car la croissance de la productivité et l’immigration ne suffiront pas à compenser totalement la démographie. Ainsi, l’USS estime qu’en 2020, 0.2 points de cotisations (ou de TVA) supplémentaires seront nécessaires, puis 1.1 en 2030 (le conseil fédéral, alarmiste comme à son habitude, pronostic 1.3 respectivement 3.5, ce qui fait une sacrée différence). Mais il ne s’agit que de besoins modérés en financement supplémentaire. Il faut noter que l’initiative pour un âge de l’AVS flexible ne requiert un financement supplémentaire de 0.24 points de cotisation seulement.  

Dans tous les cas, on est loin des visions catastrophistes des opposants à la retraite flexible, dont l’unique argument est la peur. Opposants, qui, s’il prétendent que l’AVS aura bientôt des problèmes financiers, ne se sont pourtant pas opposés à la réforme de l’imposition des entreprises II, qui coûtera 150 millions par an à l’AVS. Pas plus qu’ils ne sont choqués de voir que les hauts revenus peuvent aujourd’hui facilement se permettre de partir à la retraite anticipée, retraite anticipée que les opposants à l’initiative considèrent pourtant comme « mettant en danger l’avenir financier de l’AVS ». Bref, les prévisions démographiques servent surtout à empêcher que la retraite flexible cesse d’être un privilège.

Le 30 novembre: oui à l’âge de l’AVS flexible!

 

Une réflexion au sujet de « L’AVS ou la famine? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *