Fumée passive: les cantons peuvent persévérer

Le conseil national vient de prendre la décision d’autoriser les cantons à adopter une législation plus stricte en matière de lutte contre la fumée passive. Heureusement. Car on était pas loin d’une législation fédérale contraignante pour les cantons, mais truffée d’exceptions à l’interdiction de fumer dans les lieux publics, en particulier sur les lieux de travail.

En effet, la majorité de droite de la chambre du peuple avait adopté une série d’exceptions qui auraient vidé l’interdiction de fumer de sa substance: fumoirs, possibilités de créer des établissements fumeurs ou des zones « fumeurs » avec service dans la plupart des restaurants. Leur patrons n’auraient eu qu’à démontrer qu’une séparation entre fumeurs et non-fumeurs  » ne peut pas être exigée raisonnablement ». La protection de la santé du personnel de l’hôtellerie-restauration (dont les conditions de travail sont déjà déplorables) aurait été réduite en peau de chagrin. Cette loi, qui fait la part belle aux revendications des cafetiers-restaurateurs, aurait été véritablement catastrophique si elle avait été contraignante pour les cantons: Les initiatives contre la fumée passive adoptée récemment à Genève et en bonne voie de l’être bientôt dans le canton de Vaud auraient été rendues caduques, purement et simplement. Il n’en sera par bonheur pour le moment rien. Espérons que les Etats suivront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *