Les recettes de l’UDC pour CFF cargo

La «Neue Luzerner Zeitung», relayée par le gratuit du soir «Heute», nous apprend les recettes que l’UDC réserve à CFF cargo. Elles sont à l’image des positions de ce parti: brutales, ultralibérales et irréfléchies. C’est son président de fait, M. Blocher, qui l’annonce en personne: «CFF cargo doit être privatisée». Le conseiller fédéral battu passe bien entendu sous silence les désavantages qu’aurait une telle privatisation: pertes d’emplois, dégradations des conditions de travail et de salaire, privés encaissant de juteux bénéfices grâce à des infrastructures financées par l’Etat à coups de milliards, etc. La privatisation ne suffit d’ailleurs pas au stratège de l’UDC: L’entreprise doit être «déliée de ses cautèles syndicales». M. Blocher est donc ultralibéral jusqu’au bout des ongles et souhaite aussi jeter aux ortilles le partenariat social et les conventions collectives. Ce qu’il avait d’ailleurs fait lorsqu’il dirigeait EMS: Il avait refusé de négocier avec Unia, pour signer une CCT fantôme avec le syndicat chrétien Syna, sage et docile. Il n’en n’est d’ailleurs pas à son coup d’essai. Appelé à s’exprimer devant l’assemblée de la société suisse des entrepreneurs, il l’avait exhorté à dénoncer la CCT du bâtiment. Provoquant la sous-enchère salariale, puis la débâcle patronale que l’on sait.
Mais ces bons conseils ne sont pas distribués sans arrières pensées. M. Blocher le dit tout net : être l’entrepreneur qui reprendrait cargo «le stimulerait et serait une tâche intéressante». Tiens donc. Non content de son bilan de conseiller fédéral qui se résume à des reports de charges sur les cantons et la critique de nos institutions devant un auditoire de pseudo-démocrates turcs, M. Blocher s’en prend maintenant au transfert de la route au rail. Une seule réponse: Giù le mani!

8 réflexions au sujet de « Les recettes de l’UDC pour CFF cargo »

  1. Ping : www.romanding.ch

  2. Mais Blocher a raison! Je ne vois pas pourquoi CFF Cargo devrait continuer a etre une entreprise publique? Est-ce un service public? Vous en profitez? Clairement NON! Et face a la gestion socialiste calamiteuse dans ce dossier, je resterais plutot calme sur ce sujet, M. Schwaab…

  3. C’est vrai, la gestion du dossier par M. Leuenberger est calamiteuse. Mais ça ne doit pas empêcher les membres de son parti de s’exprimer sur le sujet! Au contraire.
    Je considère le transfert de la route au rail comme une tâche d’utilité publique, dont profitent tous ceux qui se soucient de la pollution, du bruit, de la qualité de l’air, du climat, etc. Cargo est un service public et ne devrait donc pas être soumis à de telles exigences de rentabilité.

  4. Bien sur que le rail, l’environnement, etc sont importants. Mais je ne vois toujours pas en quoi c’est la Confederation qui doit s’occuper du transport de marchandises privees? D’autres entreprises le font tout aussi bien, voire mieux. C’est comme la Poste et les telecoms, d’ailleurs…

  5. La confédération doit faire en sorte que le transfert de la route au rail s’opère. C’est d’ailleurs la volonté du peuple et des cantons qui ont accepté l’initiative des Alpes. Or, les privés en seraient incapables… La Confédération doit aussi faire en sorte que les entreprises qui dépendent d’elle offrent des emplois de qualité sur l’ensemble du territoire y compris dans les régions périphériques. Encore une fois, difficile d’obtenir la même chose d’opérateurs privés, qui n’ont que la rentabilité en tête.
    En ce qui concerne la poste, les privés ne seraient pas capables non plus de garantir le service universel, car jamais ile ne développeraient un réseau aussi dense que celui de la poste, pour la simple et bonne raison – là encore- que cela ne serait pas assez rentable.

  6. Pardon??? « Les prives ne seraient pas capables… », « les prives sont incapables… » Etc. M. Schwaab, vos propos sont ridicules. Arretez de croire que l’Etat est le garant du bien-etre des gens. Je ne vois pas en quoi une entreprise privee ne pourrait pas offrir un service universelle. Dans le cas des Telecoms, c’est inscrit dans la loi. L’entreprise qui obtient la concession doit couvrir tout le territoire. Pour l’instant c’est Swisscom, mais cela pourrait tres bien etre Sunrise ou autres demain! Et pour la Poste, I’ll n’y a actuellement plus de monopole a part pour les lettres de moins de 100 gr. Et vous voudriez nous faire croire que le Grisons et les Valaisans ne recoivent plus de paquets? Risible…

    Adaptez-vous, qu’une prestation soit « offerte » par l’Etat ou une entreprise privee est bien egale, ce qui compte c’est la qualite: « le service AU public » et non le « service public »!! ABE

  7. Non, ce n’est pas égal que l’entreprise qui offre un service universel soit public ou privée. Une entreprise privée privilégiera la rentabilité (c’est logique, elle doit faire des bonéfices), à la qualité et à la réelle universalité du service, ainsi qu’aux conditions d’emploi. La gouvernance joue aussi un rôle important: dans le cas d’une entreprises publique, il y a un contrôle démocratique (même s’il est parfois bien faible, je veux bien le reconnaître…), important dans le cas d’un service public universel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *