Un coup contre les jeunes, un coup contre les vieux.

L’hystérie des mesures d’économies prônées par M. Merz atteint des sommets. L’« examen des tâches de la Confédération« , vocable signifiant en réalité « coupes dans les budgets publics », présenté hier est un bel exemple d’une politique qui s’en prend à la fois aux jeunes et aux moins jeunes. Voilà qui donne un avant goût de ce à quoi va ressembler la législature 2007-2011 suite à la victoire de la droite conservatrice et la défaite socialiste aux dernières élections fédérales: On finance les baisses d’impôts par des coupes dans les dépenses publiques. Qui permettent de nouvelles baisses d’impôts. Qui appellent d’autres mesures d’économie. Et ainsi de suite.

Les jeunes, les vieux, y’en aura pour tout le monde! 

Car le programme d’examen des tâches, qui vise la coquette somme de 5,3 milliards d’économies, ne fait pas dans la dentelle. Premières victimes, les retraitées et retraités: La 11ème révision de l’AVS n’a pas encore sombré qu’on nous promet déjà une 12ème contenant la réduction de l’indexation des rentes, grâce à la suppression de l’indice mixte (pourtant refusée en votation populaire en 2003). Secondes victimes, les jeunes en formation. La croissance de dépenses en faveur de la formation et de la recherche doit être réduite, malgré les récentes décisions du parlement, pourtant plutôt pingres. Ce ne serait cependant pas la seule fois que le Parlement débloque des moyens en faveur de notre unique matière première, plus les réduit en peau de chagrin (et en catimini) lors des exercices budgétaires suivants…

La formation professionnelle? Rien à f… 

Particulièrement choquante est la décision de limiter les moyens en faveur de la formation professionnelle. Alors que, nouvelle loi sur la formation professionnelle oblige, la Confédération doit augmenter les moyens qu’elle met à la disposition des cantons, ce pourquoi une croissance de 7 à 8 % des dépenses serait nécessaire, le paquet d’économie de M. Merz sabre dans des crédits déjà insuffisants; le parlement n’avait en effet accordé que +6%. Les difficultés d’accès à la formation professionnelle des jeunes et la pénurie de main d’oeuvre que subissent plusieurs branches sont donc sacrifiées sur l’autel de l’austerité. Quant à la limitation des crédits pour la recherche, elle signifie purement et simplement renoncer à des créations d’emplois.

Par ici les cadeaux fiscaux! 

Ces attaques contre les retraité-e-s, les jeunes, la formation et la recherche sont d’autant plus inacceptables que la Confédération a fait un bénéfice de… 4,1 milliards l’an passé. Mais bon, il faut bien trouver quelque part les 2 milliards que va coûter la réforme de l’imposition des entreprises II

 

3 réflexions au sujet de « Un coup contre les jeunes, un coup contre les vieux. »

  1. Ping : www.romanding.ch

  2. Oui, c’est ce qu’on appelle réduire la part de l’état. Et quiconque a appris un tant soit peu d’économie politique sait que c’est une bonne chose…

    😉

    P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *