L’académie française torpille les technocrates de la formation professionnelle suisse

Depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi fédérale sur la formation professionnelle, quelques technocrates avaient presque réussi un hold-up magistral: imposer le remplacement général du terme « apprenti », pourtant facile à comprendre par tout le monde, par « apprenant », même si ce terme n’apparaît ni dans la loi, ni dans son ordonnance. En Suisse alémanique, cette offensive linguistique est malheureusement un succès: « Lernende » a supplanté « Lehrling » (respectivement « Lehrtochter« ), même dans le langage courant. Mais bon, en Allemand, le premier a au moins l’avantage sur le second d’être épicène.

Fort heureusement, un enseignant d’une école professionnelle bulloise a eu la bonne idée de poser la question à l’Académie Française. Comme le rapportent les actualités de la formation professionnelle, la réponse est sans équivoque. « Apprenant » n’est pas dans le dictionnaire de l’académie et celle-ci recommande de lui substituer, selon le contexte, étudiant, élève ou… apprenti. (la lettre de l’académie se trouve ici en pdf)

Il ne reste plus qu’à espérer que cela mettra un terme à la mode de nommer toute personne en formation « apprenant ». Dans le canton de Vaud, le terme « apprenant » est encore très présent, notamment dans les pages du service du personnel. En revanche, dans l’avant projet de loi vaudoise sur la formation professionnelle, le terme « apprenti » reprend du poil de la bête. Et le canton a annoncé vouloir bannir définitivement « apprenant ». Y’a de l’espoir.

5 réflexions au sujet de « L’académie française torpille les technocrates de la formation professionnelle suisse »

  1. Ping : www.romanding.ch

  2. Pour les amoureux du langage, la vie quotidienne devient un véritable train fantôme… De petites victoires comme celle-ci font donc bien plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *