Tiens, tiens, Bologne renforce les inégalités… / Merci Zürich!

Lorsque la déclaration de Bologne a été signée (sans mandat du conseil fédéral et contre l’avis des recteurs d’université, faut-il le rappeler) par l'(enfin) ex-secrétaire d’Etat Charles Kleiber, on nous avait promis un espace européen de la mobilité. Rien que ça. Les étudiant-e-s, par la voix de l’UNES, ont alors aussitôt rétorqué:

  • que la sélection serait accrue entre bachelor et master, et qu’elle pousserait de plus en plus de titulaires de bachelor hors des hautse écoles;
  • que l’espace européen de la mobilité serait un leurre et ne serait réellement accessible qu’aux plus aisés;
  • que la densification des plans d’études rendrait une activité rémunérée à côté des études plus difficile.

Personne n’a daigné prendre ces avertissements au sérieux. Pas même les revendications en faveur d’un système de bourses digne de ce nom. Force est malheureusement de constater que l’UNES avait raison sur toute la ligne.

Dernier exemple, cette étude présentée dans le « matin bleu », qui démontre que la mobilité universitaire n’est accessible qu’à ceux qui en ont les moyens.

*   *   *  

Toujours dans le domaine de la formation, une autre nouvelle et une bonne, cette fois. Le Grand Conseil du canton de Zürich vient d’accepter de créer un fond pour la formation professionnelle! Et devinez qui lance le référendum… l’UDC, décidément toujours à la pointe pour combattre les mesures en faveur de l’intégration professionnelle des jeunes.

En savoir plus (en allemand… pour le moment)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *