Haro sur le Haury

Aujourd’hui, M. Haury, député libéral exclu de son parti et passé chez les pronucléaires d’écologie libérale, développait sa motion pour que les écoles testent systématiquement si leurs élèves ont consommé du Cannabis. Si toutefois ils parviennent pour en consommer à se soustraire du champ des caméras de surveillance que demandent M. Haury et ses amis 😉 …

Mais il n’y a pas eu de débat: M. Haury n’a pas jugé bon de débattre de son texte et l’a fait renvoyer séant en commission. Il a probablement jugé que le débat n’était pas nécessaire, puisqu’il s’est déroulé hors-parlement, par médias interposés.
Je veux pour autre preuve que cette proposition de M. Haury n’était faite que pour épater la galerie (ce qui est, il faut l’admettre, une réussite totale, sa proposition ayant notamment fait la une du matin orange) cet extrait du rapport du préposé fédéral à la protection des données et à la transparence concernant les tests obligatoires de dépistage de la consommation de cannabis auxquels certaines entreprises soumettent tous leurs apprenti-e-s, voire tou-te-s leurs employé-e-s de moins de 40 ans (p. ex. les CFF).

«Les résultats des tests de dépistage disent si une personne a été en contact avec de la drogue. Notons à ce propos qu’il suffit parfois que la personne ait touché de la drogue avec ses mains pour que le résultat du test soit positif. Les tests ne permettent pas de savoir si quelqu’un a véritablement consommé de la drogue. La consommation de certains médicaments (p. ex. sirop contre la toux) peut aussi entraîner un résultat positif. Les tests de dépistage peuvent encore donner des résultats positifs plusieurs semaines après la consommation de la drogue, bien que la substance prise n’ait depuis longtemps plus aucun effet. Le test ne permet donc pas de déterminer à quel moment précis la drogue a été consommée.
La consommation de drogues dures ne peut être décelée qu’à court terme par des tests urinaires. Certaines personnes abandonnent pour cette raison les drogues douces au profit des drogues dures ou de l’alcool, dans le simple but de contourner les tests de dépistage. Un résultat négatif ne signifie donc pas qu’il n’y a pas eu consommation de drogues. Les résultats ne sont par conséquent pas fiables, ou ne le sont qu’après la répétition, fastidieuse et coûteuse, des tests. Il ne faut pas que l’employeur prenne des mesures à l’encontre d’un apprenti sur la base d’un seul test de dépistage. (…)
Dans différents cas, les tests de dépistage n’ont pas eu d’effet dissuasif; en d’autres termes, ils ne réduisent pas les risques en matière de sécurité liés à la consommation de drogues. Au contraire, ils risquent même de servir de «modes d’emploi» pour consommer de la drogue sans se faire «pincer». » (p.5 du rapport)
Comme on peut le constater, ces tests ne sont pas fiables, on peut déduire tout et son contraire de leur résultat, bref, vouloir les introduire systématiquement dans les écoles n’est pas seulement scandaleux, mais farfelu. Espérons que les écologistes-libéraux-pronucléaires fonderont leurs prochaines propositions sur des arguments un peu plus sérieux. Et ne renâcleront pas à en débattre devant le plénum du Parlement.

2 réflexions au sujet de « Haro sur le Haury »

Répondre à P Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *