Les simpson décodent les méthodes de l’UDC

3F20.jpg

Un élu est incapable de résoudre un problème politique. Pour noyer le poisson, il fait porter le chapeau… aux immigrés illégaux. Et organise une votation pour les expulser. Ici, il s’agit de Joe Quimby, maire de Springfield, dans l’épisode « j’y suis, j’y reste » (much Apu about nothing, saison 7 Episode 23). Toute ressemblance avec un parti xénophobe qui vient de gagner les élections fédérales est voulue.

4 réflexions au sujet de « Les simpson décodent les méthodes de l’UDC »

  1. « Toute ressemblance avec un parti xénophobe qui vient de gagner les élections fédérales est voulue. »

    Vous dites n’importe quoi… cet épisode date de 1996…. soit plus de 10 ans avant les élections en question… cela ne peut donc pas être voulu.

    Vous utilisez les même méthodes que le parti que vous dénoncer : enlever la cuillère en argent de votre bouche et réfléchissez, bon sang !

  2. Cher tux, qu’entendez-vous pas « cuillère en argent de la bouche » et « réfléchissez »???
    A vous de réfléchir: demandez-vous par qui est « voulue » la ressemblance?

  3. Moi j’sais, moi j’sais! La ressemblance est voulue par JCS!

    Mais il faut reconnaître que du point de vue linguistique, ta phrase frise le code, cher Jean Christophe! Une ressemblance est un fait objectif qui existe ou non indépendamment de celui qui la constate. Elle ne peut donc pas être « voulue ». Tu aurais dû écrire: toute « comparaison », ou « rapprochement », ou « mise en parallèle »…

    Cela dit, à part Tux on avait tous compris ce que tu avais voulu dire.

    Bien à toi,
    Quick

    Bien à toi aussi,
    Flupke

  4. Merci à Quick et à Flupke pour leurs précisions! Je reconnais que mon français n’était pas terrible terrible… En plus, ma faute n’est même pas un helvétisme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *