Droit de vote à 16 ans: ça bouge!

Glaris (la Landsgemeinde en débat ce dimanche), Berne (le conseil-exécutif vient d’approuver une motion des jeunes socialistes) (ajouté le 9 mai) les Grisons (ajouté le 29 mai) et maintenant Fribourg! Les propositions en faveur du droit de vote à 16 ans essaiment! Espérons que le débat progressera comme en Allemagne, où les Länder de Basse-Saxe et de Schleswig-Holstein ont introduit le droit de vote à 16 ans au niveau communal en 1996 et 1997, ou en Autriche, où le gouvernement du chancelier social-démocrate Gusenbauer vient de faire de même. Le PSS va lancer cet automne une intervention parlementaire au niveau fédéral.
Ce blog contient de nombreux billets sur le sujet, dont voici tous les liens:

Billet du 22 octobre 2006 (débat télévisé contre Suzette Sandoz)

Billet du 4 décembre 2006 (l’étude COCON de l’uni de Zürich montre que les jeunes ne sont pas aussi nuls qu’on le dit)

Billet du 8 janvier 2007 (le retour du droit de vote à 16 ans suite à un débat à «forums»)
Et le débat a été lancé sur d’autres sites, notamment sur ceux de la radio suisse romande monelection.ch (ici et là) et «signature». Ainsi que sur le site du PSS. Sans oublier celui d’Infrarouge. Et enfin sur le blog de Julien Sansonnens du POP Lavaux-Oron (discussion spécial Lavaux-Oron).

Sur le résultat positif de la Landsgemeinde: le résumé sur le site de la RSR.

Sur le même sujet, un sondage paru dans le magazine « Coopération » (pas très favorable au droit de vote à 16 ans).

23 réflexions au sujet de « Droit de vote à 16 ans: ça bouge! »

  1. Le vote à 16 ans? J’avou que l’année passée j’aurais été pour, mais maitenant ayant bien reflechi, et etant avec des jeunes de seize ans en cours, je peux vous affirmez qu’ils ne connaissent trop peu la politique et ne s’interessent pas du tout à la chose publique, ( chère 9VSG, de Cully…vous allez aimé 😉 ) lol
    Les jeunes de 16 ans, pensent que la politique c’est pour les vieux….

    Les jeunes de seize ans sont pour la plupart extremistes… des deux camps…;-)

  2. …extrémistes, comme les jeunes libéraux ??? lol
    Franchement, je cotoie assez d’extrémistes pour savoir qu’il y a autant de vieux extrémistes que de jeunes extrémistes. Peut-être que les plus jeunes sont tout simplementn un peu plus visibles…

    C’est d’ailleurs plutôt normal que les jeunes pensent que la politique, «c’est pour les vieux», vu que beaucoup de «vieux» pensent que la politique, ce n’est pas pour les jeunes… Non !?! 😉

  3. @ ABC

    Parce que vous croyez vraiment que les plus de 16 ans s’intéressent à la politique ? Si on ne donnait le permis de conduire qu’à ceux qui savaient conduire avant d’avoir pris des cours, on irait pas loin.

    L’intérêt pour la chose publique et les votations s’acquiert par l’exercice ! De devoir prendre des responsabilités et affirmer des choix contribuerait certainement à affiner l’intérêt des jeunes pour la politique.

    Je suis pour.

  4. Donner les droits sans les devoirs, c’est irresponsable. Le choix des Glaronnais restera une exception, heureusement.

    Si les jeunes socialistes poussent dans ce sens, c’est qu’ils ont un interet electoral, donc mefiance!

  5. Cher philippe, les 16-18 ans ont des devoirs. Par exemple celui de payer des impôts et des cotisations sociales s’ils gagnent leur vie, celui de choisir leur formation, leur métier, leur avenir professionnel. Et, ne l’oublions pas, ils ont les mêmes devoirs que toutes les habitantes et habitants de notre pays, à commencer par celui de se plier aux décisions démocratiques des votes populaires…

  6. Petite revue de presse:
    Le temps: http://www.letemps.ch/template/regions.asp?page=7&article=206688

    24 heures: http://www.24heures.ch/pages/home/24_heures/newsletters/les_titres_du_journal/(contenu)/73296

    Les lecteurs et lectrices du grand quotidien vaudois ne semblent pas être partisans du droit de vote à 16 ans: http://question.blog.24heures.ch/mai/voter-a-16-ans-glaris-pourrait-suprendre-la-suisse.html La grande majorité pense que les jeunes de 16 ans sont trop influençables… Un lecteur pense même qu’il y a « trop de jeunes » pour leur donner le droit de vote (sic!)

  7. @ JCS: Oui biensur il y a bcp d’extremistes…vieux…mais je m’inquiète que des ados de 16 ans le sont.
    J’aime bien ton analyse sur les vieux …LOL…

    @ Jean Paul: Comment peut on comparer un privilège enorme, un devoir de citoyen, à un permis de conduire, cela m’échappe. Un permis de conduire, c’est normal de l’avoir, et que je sache avant d’avoir son permis il y a des cours de therorie et pratique…

    Avant de donner le droit de vote à 16ans, il est indispensable de donner des cours d’instructions civique dès la cinquième année. Idée des JLV.

    ps: Le commentaire « trop de jeunes »..je l’ai lu, je trouve incroyable qu’on puisse avoir de telle parole. Lui aussi a été jeune ..non? 😉

    ps: J’ai lu l’article paru today dans le 24heures sur toi et le soi disant « agacement » de tes collègues au parti socialiste, je suis encore choqué par les raisons evoqués: Tu passerais trop dans les médias? Mais, c’est un super avantage… Tu es trop solo? Tu es à mes yeux, tout le contraire… Je pense sincerement que le PSV va s’en mordre les doigts cet automne. Bien que tu sois socialiste, j’ai de l’admiration pour toi. Tu es jeune, tu es en toi l’avenir du PSV, j’aimerais bien faire de même avec la droite, mais ça va être un dur boulot, et ton exemple me donne de l’espoir…;-)

    Bonne soirée

  8. @Alexandre
    Ben non ca va pas être un si dur boulot que cela que d’être le futur du parti libéral. Il n’a déjà presque plus de présent, donc tout adérant jeune est le futur du parti. Ce qui risque d’être plus dur c’est de lui trouver un futur programme, mais courage ;o)

  9. @Jean
    Et, histoire de convaincre laussi es fondamentalistes religieux (qui, je pense, ne seront guère sensibles à cet excellent argument), à 16 ans, on peut choisir librement sa religion. D’ailleurs, à Glaris, canton très catholique, les jeunes peuvent dès 16 ans voter et être élus dans les conseils de paroisse. Leur donner le droit de donner leur avis sur les problèmes d’ici bas ne cause donc guère de problème, vu qu’ils peuvent déjà participer à la résolution de ceux d’en haut!

  10. Je reste convaincu que donner le vote aux jeunes dès 16 ans est une foutaise et une erreur de jugement crasse.

    1. L’objectif n’est pas d’enrichir le débat démocratique, mais de gagner des électeurs bien dociles pour faire passer les objets politiques sujets à caution.

    2. Découlant du point ci-dessus, le parti socialiste pense pouvoir recruter facilement. Cependant, je souhaite bonne chance, car sur le terrain des jeunes de 14 à 20, l’UDC est très présente. Et donc, certains sujets sensibles (où une certaine expérience politique est souhaitée), notamment sur les étrangers ou l’asile, risquent de passer sans grand dicernement.

    Meilleures salutations

    PS : M. Schwaab, si ce message n’est pas publiable, je vous invite à prendre contact avec moi par mail afin que nous en discutions autour d’un coup de blanc vaudois.

  11. Cher RH,
    Comme vous le voyez, votre commentaire est parfaitement publiable! Je n’ai pour l’instant filtré que les (très rares) commentaires contenant des insultes.

    Je pense qu’accorder le droit de vote à 16 ne doit de toutes façons pas se faire sans mesure d’accompagnement, c’est-à-dire une instruction civique améliorée, qui développe l’esprit critique et mets en garde contre les discours simplistes. Quant auxpartis qui soutiennent cette réforme, ils doivent être cohérents, et réellement apporter aux jeunes de 16 à 18 ans les réponses qu’ils attendent, sinon, vous avez raison, le réveil risque d’être dur.

  12. RH:

    Que répondez vous à mon argument précédement? Car bon, la guerre éternel gauche-droit ne fait pas avancer les débats (sans compter que Glaris ne me semble pas être un bastion du PS au dernière nouvelle).

    -Voter requiert plus de maturité que la sexualité? (qui pourtant peut entrainé des maladies graves comme le Sida, des grossesse, le fait d’être père, d’avoir un enfant à charge, etc.)

    -La droite veut de plus en plus qu’on juge des adolescents comme des adultes lors d’infraction. Pourtant il ne pourrait pas (ne serait pas capable de) voter?

    Ni y’a t’il pas deux poids deux mesures? Un problème de cohérence dans tous cela?
    Pour moi, il faut surtout que l’école et l’éducation insiste de manière fondamental sur la politque et cela très tot. Nous avons la chance de vivre dans un pays avec une démocratie semi-direct, ou la décision politique n’appartient pas uniquement a des institutions comme le parlement mais directement au peuple ; il est necessaire de former les jeunes à la politique, d’éveiller leur sens critique, de comprendre tout les points de vu.

  13. Question:
    Comment l’instruction civique peut-elle etre enseignee avec serieux et impartialite? Ma petite soeur est revenu un jour des cours en m’expliquant que la prof avait tenu un cours sur les partis politiques suisses. Sa conclusion: « la gauche c’est les gentils, la droite c’est les mechants »! Bonjour l’impartialite et la manipulation, lorsqu’on connait l’orientation politique des enseignants!

  14. @Philippe: Votre jugement est artbitraire et peu respectueux envers les enseignant-e-s. Même s’il est vrai qu’ils votent nombreux à gauche (normal, il n’y a que le PS qui défende la formation), ils savent dans leur immense majorité présenter les enjeux politiques de façon neutre. J’ai eu aux alentours de 16 ans deux maîtres d’histoire (qui profiteaient de leurs cours pour faire du civisme), l’un très à droite et conservateur, l’autre anarchiste. Tous deux étaient d’excellents enseignants, tous deux ne cachaient pas leurs positions politiques, mais je ne suis devenu ni un néoconservateur, ni un extrêmiste de gauche. Mes camarades de classe non plus d’ailleurs.

  15. @alexandre biard-chauvet: On se doutait bien que les libéraux ne sont pas grands copains avec les employés de l’Etat, mais de là à accuser les enseignants de n’être que de dangereux gauchiste prêts à manipuler les petits enfants, vous y allez un peu fort.

  16. @Philippe: Il ne faut pas généraliser. Sinon une formation des enseignants à se sujet et un devoir de « neutralité » serait un premier.

  17. L’octroi du droit de vote dès 16 ans alors qu’à cet âge, on a encore besoin du consentement de ses parents pour acheter quelque chose n’a tout simplement pas de sens! Le vote est une responsabilité lourde qui doit être liée à la pleine capacité civile et à la majorité.

    Samuel DAVID

    P.S: les Jeunes Libéraux vaudois sont officiellement opposés au droit de vote dès 16 ans pour les raisons que nous exposons dans notre blog: http://jeunesliberaux.wordpress.com

  18. Le droit de vote à 16 ans constitue à mon sens une véritable aberration! Première constatation, bien rares sont les jeunes de cet âge-là qui s’intéressent à la politique d’une manière suffisamment rigoureuse pour qu’on ose placer en leur main un tel pouvoir. En effet, le fait d’avoir la possibilité de voter implique une responsabilité, et il apparait clairement que les électeurs de 16 ans n’ont pas les épaules assez larges pour supporter pareil fardeau. Lorsque l’on a 16 ans, on n’a guère d’intérêt pour la politique et ce qui en découle, une réalité qui témoigne bien du coup terrible qu’infligerait une telle pratique à la démocratie. Chaque chose en son temps, droit de vote et jeunesse excessive ne vont pas de paire!

    Enfin, on notera que le fait d’autoriser les jeunes de 16 ans à voter mais ne pas leur octroyer un droit d’éligibilité constitue un affligeant paradoxe. En la matière, j’estime qu’il n’y a pas de demie-mesure, et que l’un ne saurait aller sans l’autre.

    Au vu de ce qui précède, un simple échantillon des nombreux arguments qu’il est possible d’opposer à ce projet, il est clair qu’il vaut mieux prendre ses distances vis à vis de ce qui peut sans autre être concidérer comme un extrême péril pour la démocratie.

    Voter à 18 ans, c’est d’ors et déjà un sacré privilège, parfois immérité, pourquoi dès lors vouloir aller plus loin?

  19. Merci à Lucien Magne pour sa contribution au débat. J’ai toutefois une question, pourquoi le droit de vote à 18 ans serait-il dans certains cas immerité? Je pense que les droits démocratiques ne sont jamais immerités une fois accordés. Penser que certaines personnes ne méritent pas leur droit de vote, parce qu’elles voteraient « mal » est à mon avis très dangereux et ouvre la porte à une sorte de mérito- ou d’expertocratie, bref, d’une oligarchie qui aurait de moins en moins à voir avec une démocratie.
    Cependant, ce que je veux dire par là ne doit en rien signigier que je considère notre démocratie actuelle comme bancale parce que les jeunes de moins de 18 ans n’y ont pas (encore) le droit de vote.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *